Social

Hémophilie : Le retard de prise en charge engendre le décès

2,5 % des Malgaches sont touchés par l’hémophilie avec dix nouveaux cas par an. Sept décès ont été enregistrés depuis neuf dernières années dont deux enfants, l’année dernière. « L’hémophilie est une maladie congénitale qui peut être mortelle si la prise en charge est retardée », a fait savoir le Pr Olivat Rakoto Alson, responsable du service hématologie à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA), hier lors d’un point de presse à l’HJRA.

Le manque de facteur de coagulation dans le sang entraine une hémorragie interne ou externe. Dans le cas où une personne a reçu des coups fatals, il est essentiel de l’emmener immédiatement à l’hôpital. Des organes pourraient être touchés directement ou indirectement. « Un enfant était tombé d’un hauteur de quatre mètres. Sa mère n’était pas là au moment de drame. La mère ne s’est pas rendue compte des séquelles engendrées par la blessure. Le coup sur sa tête a engendré une hémorragie interne au niveau de son cerveau. L’enfant a succombé à cause du retard de prise en charge. Un autre est décédé car il a été frappé par une bouteille», raconte-t-elle.

Prophylaxie

Le Pr Olivat Rakoto Alson poursuit que la prophylaxie reste la seule prévention pour les personnes qui sont dépistées. Cette méthode est surtout destinée à celles qui n’ont pas été encore blessées. Dans les cas où un hémophile est blessé, il est indispensable de lui injecter rapidement des facteurs de coagulation pour stopper l’hémorragie.

« Nous pouvons toujours faire la circoncision des petits garçons. Et l’hémophilie est dépistée à temps, il n’existe aucun risque. C’est le cas aussi pour les personnes qui doivent être opérées chirurgicalement. Il faut d’abord analyser leurs sangs avant de démarrer l’opération chirurgicale. La durée d’injection des facteurs de coagulation ne s’arrête que si la plaie est complètement cicatrisée », explique-t-elle.

Pour cinq cents unités de concentrés de facteurs de coagulation, la famille du malade doit débourser au moins trois millions d’ariary. Par ailleurs, une association internationale appuie les hémophiles. Les enfants de moins de cinq ans sont privilégiés et reçoivent des concentrés de facteur de coagulation chaque mois.