Accueil » Régions » Betsiboka – Un responsable du service foncier en prison
Régions

Betsiboka – Un responsable du service foncier en prison

Le directeur du Bianco (chemise bleue) a fort à faire dans la région Betsiboka.

De nombreux problèmes de corruption sont constatés à l’heure actuelle à Maevatanàna surtout en matière de construction.

À la suite d’investigations menées par le Bureau indépendant anticorruption de Mahajanga, un responsable du service de l’Aménagement du territoire et des travaux publics de la région Betsiboka est placé en mandat de dépôt. Trois employés de la commune urbaine de Maevatanàna ont bénéficié d’une liberté provisoire. C’est le verdict de l’instruction qui s’est déroulé le vendredi 10 juillet, à la suite de nombreuses plaintes.

Ces employés municipaux sont soupçonnés de complicité et de corruption active avec le responsable du service de l’ATTP, accusé de racket et d’extorsion de fonds pour la délivrance de permis de construire. Tous les plans croquis doivent passer par ce responsable, avant que la commune ne délivre le permis de construire. Il a profité de cette prérogative pour exiger de l’argent aux concernés. Un véritable racket des contribuables qui varie de 300 000 à 500 000 ariary par dossier pour le droit de modification, alors que ce n’est pas légal.

Hors normes

Le responsable de l’ATTP aurait refusé tous les plans croquis présentés qu’il a jugés hors normes. Quant aux employés de la commune urbaine de Maevatanàna, responsables de la délivrance des permis de construire, ils exigent le paiement du coût des actes sans délivrer une quittance. Cette mauvaise pratique risque de provoquer une lenteur administrative et un retard certain dans le début des travaux de construction et par la suite, de favoriser les constructions illicites qui ne respectent pas le plan d’urbanisme.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi