Accueil » Culture » Art de la danse – La troisième édition du « Café de la danse » brille par sa poésie
Culture

Art de la danse – La troisième édition du « Café de la danse » brille par sa poésie

Fédérateur, le « Café de la danse » a conquis le public ce week-end. Une initiative inédite qui met un point d’honneur à réunir sur la même scène la crème de la danse contemporaine et de la danse traditionnelle malgache. Cette représentation artistique teintée de poésie et de grâce s’est déroulée dans l’après-midi du vendredi, au sein de la Résidence de Suisse à Ambohibao, vers 16h30. Chaque pièce chorégraphique, énergique a occupé l’espace de verdure que proposait la résidence. Un public privilégié de pouvoir assister à une telle représentation, des sommités de la danse actuelle populaire ouvrent les portes de la troisième édition du « Café de la danse ».

« La danse, un art fédérateur »

Fer de lance de cette troisième édition du « Café de la danse », Michèle Ange Ralaheilinarivony et sa charmante compagnie, Ange&Co se découvrent. Huit jeunes danseuses racontent une épopée savamment orchestrée. S’ensuit la présentation d’une pièce chorégraphique du collectif Projet D.I.H.Y accompagné par le musicien André Uger, intitulé « Au gré de la terre ». Avec Harivola Rakotondrasoa à la direction artistique de cette dernière, on retrouve une pièce qui conjugue l’efficacité avec le dynamisme des artistes en scène. Le tout sublimé par les rythmiques jazzy d’André Uger, « Au gré de la terre » mélange aisément danse contemporaine et art circassien. La troupe de Bakomanga fut également de la fête, scandant comme à son accoutumée, à travers sa représentation, les valeurs malgaches. À sa manière, Bakomanga surprend et émerveille le public hétéroclite présent, en proposant une pièce qui illustre le fameux « Famadihana » malagasy. Une vive reproduction de notre folklore traditionnel, le passage de la troupe de Bakomanga célèbre aussi la danse comme étant un art fédérateur. Également à l’affiche, les illustres chorégraphes Julie Iarisoa, Njara Rasami, Judith Manantenasoa, Renjy Ken et Lovatiana Rakotobe. Fidèle à lui-même, ce « Café de la danse » dresse à nouveau plusieurs tableaux et pièces chorégraphiques d’exception. Une plateforme artistique à perpétuer, ce dernier promet plusieurs découvertes à l’avenir.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter