Accueil » Faits divers » Andohatapenaka – Un braqueur tué et un autre capturé vivant
Faits divers

Andohatapenaka – Un braqueur tué et un autre capturé vivant

Les charrettes avec lesquelles les bandits ont obstrué la rue.

Une escouade criminelle a attaqué un bus, samedi à l’aube, à Andohatapenaka. Un de ses membres est tombé sous les balles de la police et un autre capturé vivant.

BRAQUAGE à l’arme blanche et factice. C’est ce qui s’est produit samedi aux petites heures, du côté d’Andohatapenaka.

La police du septième arrondissement (CSP7) renforcée par le service antigang (SAG) a été informée des faits et appelée à se rendre sur place vers 2h30 du matin. Selon les renseignements qui leur sont parvenus, un bus venait d’être intercepté par des bandits de grand chemin. Ceux-ci ont utilisé trois charrettes chargées de briques pour barrer la route.

Le chauffeur n’a plus réussi à rebrousser chemin face à l’obstacle insurmontable dressé au milieu de la chaussée. L’un des malfaiteurs l’a tenu en respect avec une arme pendant que les autres dépouillaient les passagers- des vendeurs de légumes- de tous leurs biens, dont des bijoux, téléphones et argent.

En possession du butin, les brigands ont pris la fuite à pied. Les policiers ont débarqué sur les lieux peu de temps après l’alerte. Les victimes leur ont expliqué que les assaillants ne sont pas encore loin. Sans tarder, ils se sont lancés à leur poursuite.

Pistolet factice

D’après la police, elle a rattrapé les auteurs de l’acte dans le quartier d’Ankasina. Ils lui ont résisté avec des armes au moment où elle allait les neutraliser et arrêter.

Dans ces circonstances, les forces de l’ordre ont été obligées d’user de leurs armes pour maîtriser la situation. Bilan, l’un des scélérats a littéralement été mis hors d’état de nuire et un autre pris au piège. Les deux derniers se sont échappés en empruntant des ruelles labyrinthiques.

Après la fusillade, la police s’est rendue compte que la bande s’est servie d’un pistolet factice pour commettre son forfait. Elle était également munie de sabre.

Le captif a été amené pour être cuisiné par la police judiciaire. Les victimes seront également entendues.

Une collecte de renseignements visant à piéger les coauteurs en fuite bat son plein en ce moment.

Le gang a sévi depuis bien longtemps dans le septième arrondissement, à Andavamamba, à Ampasika et à Andohatapenaka, comme l’explique un policier.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter