Accueil » Politique » Ministères – Passation houleuse à la Poste
Politique

Ministères – Passation houleuse à la Poste

Le nouveau ministre de La Poste et des télécommunications a dû attendre la nuit pour prendre sa place. Les employés ont empêché la passation.

 

On n’a pas besoin de Maharante. C’est la banderole accrochée par les emp­loyés du ministère de la Poste et des télécommunications depuis mardi sur le fronton du bâtiment à Antani­narenina. Les employés ont fait barrage pour que la passation de service entre le ministre sortant, Neypatraiky Rakotomamonjy et son successeur Jean de Dieu Maharante ne se fasse pas. Le représentant des employés a affirmé qu’ils ne voulaient pas d’un ministre à la réputation sulfureuse au ministère de la Fonction publique, où il a fait l’objet d’une grève des administrateurs civils.

Les employés ont manifesté à l’intérieur du ministère, faisant beaucoup de bruit. Ils ont par la suite obstrué l’entrée principale du ministère avec un camion pour empêcher le nouveau ministre d’accéder à son bureau. Malgré l’intervention du directeur de cabinet Stéphane Rakotondrainibe et du ministre Neypatraiky Rakotomamonjy qui ont tenté de dissuader les manifestants, les employés se sont montrés inflexibles. Même l’intervention des Forces de l’ordre n’a pas été d’un grand secours pour faciliter les choses. Il a fallu attendre la tombée de la nuit pour que les deux ministres puissent procéder à la passation de service. Mais il est clair que la relation avec le ministre Jean de Dieu Maharante risque d’être difficile tout au long de son exercice. Une grève se tramerait déjà pour exiger son départ.

Accueil « chaleureux »
Ambiance particulière également à Nanisana lors de la passation de service entre l’ancien ministre de la Communication et des relations avec les institutions, Harry Rahajason et son successeur Rina Andriamandavy VII. Beaucoup de journalistes sont venus assister à la cérémonie. Certains ont brandi des pancartes mentionnant leur désapprobation aux deux ministres. La nomination de Rina Andriamandavy VII est sans conteste la plus contestée dans ce gouvernement, eu égard à son comportement peu cavalier lors de la traduction de sa belle-sœur Claudine Razaimamonjy au Bianco en avril 2017. Il avait alors caillassé les bureaux du Bianco au vu et au su des Forces de l’ordre, restées impassibles. Malgré son CV impressionnant, l’ancien président de l’association Jeunes Tim n’a pas du tout bonne presse. Ses relations avec les journalistes risquent également d’être très tendues.

Les deux ministres ont pris le comportement des journalistes présents avec philosophie, soulignant qu’on vit bel et bien en pleine démocratie. L’ancien ministre Harry Rahajason a affirmé que ça le démangeait de partir pour prendre un peu l’air et évacuer la pression.

Au ministère de l’Éduca­tion nationale, l’accueil du nouveau ministre Gatien Horace a été également « chaleureux » par les enseignants grévistes. Ceux-ci ont clairement affirmé
qu’ils ne reprendront pas le service s’ils n’ont pas une garantie solide de la réalisation de leurs revendications de la part du ministre.
Les autres passations se sont plus ou moins déroulées sans difficulté. Au ministère de la Justice, c’est avec cordialité que l’ancienne ministre Alexandrine Elyse Rasolo a passé la main à Harimisa Noro Vololona. Cette dernière a demandé à ses collègues de la Justice l’application stricte de la discipline et de la rigueur.
Au ministère de la Fonction publique, le nouveau ministre Pierre Holder Ramaholimasy a pris ses fonctions en terrain connu. Administrateur civil de son état, il succède à Jean de Dieu Maharante, contesté par le personnel pour favoritisme et népotisme.

 

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter