Economie

Finance – Le produit financier à intérêts décomposés arrive

Les prospections pour l’utilisation généralisée du progiciel sont en cours auprès des institutions financières du pays.

Outil de « resociabilisation ». C’est par ces termes qu’a été présenté hier à Ankorondrano le logiciel professionnel ou progiciel dénommé « Produit à intérêt décomposé » (PID) par les responsables du Groupe français Genesyl Finance. Cette technologie a pour ambition d’ouvrir les portes du financement à une classe de clientèle qui aurait été, auparavant exclue du système en leur permettant un accès au crédit au-delà des conditions d’emprunt classique que proposent les banques d’aujourd’hui. « Concrètement, le mécanisme de fonctionnement du produit se base sur la banque qui consent un prêt à taux fixe et sans apport à une association de microcrédit par exemple. En contrepartie, la même banque avance le montant de la garantie correspondant à un apport théorique de 10 à 20%, qui est financé par le client dans le cadre de son prêt. A l’issue de la période de prêt, la banque rétrocède au client le montant de sa garantie. Au titre de sa rémunération sur le risque et l’avance effectuée, la banque se rembourse la garantie effectuée au fil du crédit et récupère pour la partie le produit de la capitalisation de cette garantie », explique Yves Lagarde, président du groupe Genesyl basé à Nice. Le technicien qui rajoute que selon l’étude comparative faite entre le système classique et le PID, le client et la banque sont gagnants sur ces deux options. Ainsi, sur la base d’un prêt classique, les gains sont de 16,04% pour la banque et 11% pour le client contre respectivement 14, 6 % et 0% dans l’ancien système.