Opinions

Courrier des lecteurs – La revanche

Les élections législatives arrivent à grands pas et la propagande bat son plein. Une fois de plus, nous allons rappeler à nos lecteurs l’importance de l’éveil politique. Le pays a traversé de grandes crises qui, au final, n’ont rien apporté de bon; au contraire. L’ère Rajaonarimampianina s’est distinguée par un degré de corruption, de racket et d’abus de confiance qui fait pâlir de jalousie la Somalie, classée la plus corrompue en 2018. Si ce régime a poursuivi sa lancée, la corruption aurait été institutionnalisée en taxes et droit de cuissage en bon et due forme. Bref, revenons à nos moutons… nous allons bientôt élire les députés, ou plutôt VOUS allez élire les députés. Tant qu’il y a des redoublants aux résultats douteux, mon vote est inutile. J’assume mes choix, bien pensés, mais je ne me laisserai plus écraser par des arrivistes qui monnaient leur poids parlementaire en fonction de leurs intérêts. La loi sur le recouvrement des avoirs illicites n’a jamais été votée à l’Assemblée Nationale pour des raisons évidentes. Rien ne va changer avec ces nouveaux députés tant que les mêmes têtes revien­nent. Je ne doute pas de la volonté des nouveaux arrivants, mais à Madagascar, l’histoire est un éternel recommencement.
Un député aura toujours un devoir de redevabilité, il doit avoir un minimum de bons sens, une bonne analyse politique et un sens éthique à toute épreuve. Je rêve, je sais, mais je garde espoir quand même; je leur accorde le bénéfice du doute, bien que je perde mon temps. On juge une personne selon ses résultats, par sur ses intentions. Ils auront beau se scandaliser par mes propos, ils ne me font pas peur tant qu’ils ne m’arrivent pas à la cheville au niveau éthique et compétences. Je ne suis pas député, mais je connais mes capacités et j’ai vu ce que valent les députés depuis des décennies. Mon verdict est sans appel.
Récemment, un document est sorti sur les réseaux sociaux sur les émoluments du Président de l’Assemblée Nationale et de ses proches collaborateurs. L’authenticité de ce document n’a pas encore été prouvée, mais au vu des réactions, il se rapproche de la réalité. On peut tolérer le salaire mensuel de trois millions d’ariary, mais l’allocation de carburant est scandaleux; 20 millions d’ariary par mois???? Il circule en jet privé pour aller à Tsimbazaza!!!??? Une enveloppe de 4 millions d’ariary est largement suffisant puisqu’il va rarement dans les provinces, contrairement aux députés. La différence (16millions d’ariary) servirait à d’autres services ministériels en manque de moyens, ou investirait dans des projets plus porteurs ayant plus d’impacts envers la population. Quand je parle de réveil, refuser de telles dépenses en fait partie. Il est frustrant de penser que le président de l’Assemblée Nationale bénéficie d’un tel budget inutile alors que d’autres institutions sortent de leurs poches la petite caisse pour acheter des encres ou des rames de papier. On peut penser que ce budget inclut son convoi, mais ça ne l’excuse pas puisque partout dans le monde entier, le président d’une A.N ne bénéficie pas de telles largesses pour sa sécurité.
Le Président de la République qui dispose de certains pouvoirs législatifs devrait en profiter pour diminuer le budget de l’A.N. La baisse d’un budget de l’État devrait aussi se faire en fonction de la réalité sur terrain et non juste parce que ça coûte trop cher à l’État ou que des journalistes ont soulevé la question. Soyons professionnels et restons réalistes, l’élaboration d’un budget requiert certaines compétences, mais surtout du bon sens. Donc, en touchant le budget de l’A.N, ou de tout autre départements, il devrait se faire en accord avec ceux qui élaborent le budget et en tenant compte du coût réel de la vie. Espérons que la prochaine LFR tiendra compte de cela. Une petite enquête indépendante permettrait d’établir un montant plus réaliste et réduirait le taux de corruption dans les instances étatiques. Gageons que la prochaine Assemblée Nationale sera moins gourmande en budget et en excuses foireuses pour leur échec futur. Oui, ils vont échouer quelque part, c’est un fait. Il leur appartient de changer la donne selon le proverbe: «soyez le changement que vous voulez voir dans le monde». Pour ma part, j’ai très peu d’espoir en eux, mais s’ils arrêtent, ne serait-ce qu’un instant, de penser à leurs avantages et se concentrent sur leur véritables attributions, alors le changement sera à notre porte. Keep it up!

par Tefy Ratrimoarivony

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter