Editorial

Virginité précaire

On a beau dire que le coronavirus ne tue pas autant que le paludisme, le sida, le cancer du tabac… il sème la panique à travers le monde. Jamais un virus n’a causé autant de dérèglement, d’angoisse, de désordre, de chamboulement à travers le monde. Le coronavirus est en train de mettre le monde sens dessus dessous. Le sport est certainement le domaine qui en souffre le plus avec l’annulation des tournois dans toutes les disciplines et dans tous les pays. Il est évident que les pertes vont s’évaluer en milliards de dollars. Mais il n’y a pas la moindre concession à faire quand c’est la santé qui est en jeu. Les décisions ont été rapides et sans la moindre hésitation au niveau des instances sportives internationales proportionnellement au développement du virus.

Les questions financières et économiques ont été tout de suite reléguées au second plan pour préservé la santé de la population. Autrement le coronavirus peut anéantir la race humaine si on ne prend pas toutes les mesures nécessaires et indispensables pour juguler son irrépressible avancée. Les prévisions de l’OMS sont jusqu’ici avérés puisque le coronavirus est qualifié de pandémie. Pour le moment, Madagascar figure parmi les rares pays encore épargnés par ce redoutable virus. On ignore jusqu’à quand on bénéficiera de cette chance inouïe. Pour une fois les prières interminables des fidèles ont été entendus.

Mais il se rapproche dangereusement comme en témoignent les cinq cas confirmés à La Réunion. Notre « virginité » ne tient plus qu’à un fil. Reste à savoir comment la préserver face à toutes les tentations et les pressions. Une question délicate où il faut à la fois considérer la diplomatie, la politique, l’économie et la santé de la population. Un exercice difficile où il faut avoir un sacré talent d’équilibriste pour maintenir le tout stable.

Le coronavirus est l’invité surprise qui sape tous les plans et va perturber le chronogramme établi dans le programme de développement même si pour le moment sa présence n’est pas avérée.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter