Social

Urgence – Faible capacité des sapeurs-pompiers

Faute de moyens, les sapeurs-pompiers ne peuvent bouger qu’en cas d’urgence extrême. Bon nombre de maison, de murs risquent de s’effondrer dans la capitale. Pourtant les pompiers ne peuvent pas intervenir si les cas sont encore tolérables selon lieutenant-colonel Tiana Razafimanahaka, chef de corps des sapeurs-pompiers d’Antananarivo. « Nous sommes encore en pleine saison de pluie. La demande de démolition de maisons et de maison risquant d’effondrement ou des arbres à couper est nombreuse. Notre capacité d’intervenir à tous ces endroits est limitée. Nous priorisons d’abord les urgences comme les incendies. Nous agissons selon l’urgence qui se présente et les résultats d’études d’impacts. Nous dépensons 120 000 ariary à chaque sortie de ces véhicules de pompiers.», explique-t-il. Au mois de février, vingt-cinq endroits présentaient des risques d’effondrement.

Les pompiers vérifient et avertissent d’abord les propriétaires de ces maisons avant d’intervenir. Dans les cas où les propriétaires refusent la démolition de la maison nuisant à la vie de ces entourages, l’affaire pourrait être transférée au tribunal. En termes d’équipement, les bouches d’incendie manquent mais le major n’a pas voulu donner leur nombre exact à Antananarivo.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter