Accueil » Social » Infrastructure communale – Un nouveau marché de sept cent places à Behoririka
Social

Infrastructure communale – Un nouveau marché de sept cent places à Behoririka

L’édifice du nouveau marché est en phase de finition.

Les trottoirs entre Soarano et Behoririka devront être dégagés, au cours de cette année. Le nouveau marché à étages à Behoririka, a été construit pour accueillir les marchands ambulants sur l’axe Soarano-Behoririka. « Le petit commerce doit être soutenu et accompagné, puisqu’il permet à de très nombreux foyers de vivre. Cependant, il doit être réorganisé et formalisé.» souligne le magistrat de la ville d’Antananarivo, Naina Andriatsitohaina, lors de la visite sur l’avancement des travaux de ce nouveau marché, mardi.

L’infrastructure va pouvoir accueillir jusqu’à sept cent quatre vingt-sept vendeurs. Les sept cent quarante places sont à l’intérieur de la bâtisse, et les quarante-sept sont des boxes qui seront construits à l’extérieur. « Les marchands de rue seront prioritaires.» souligne une source auprès de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA).

Ce marché sera insuffisant pour tous les marchands informels entre Soarano et Behoririka. La CUA aurait recensé plus de mille vendeurs ambulants de l’Immeuble Ramaroson à Soarano jusqu’au pont Behoririka, alors que la nouvelle infrastructure ne dispose que de huit cents places. « Nous sommes un peu dépassés. » reconnaît une source au sein de la CUA, avant d’ajouter : « nous cherchons d’autres solutions pour intégrer tous les marchands dans un marché ».

Il reste à savoir si les concernés vont accepter cette nouvelle organisation de la CUA: quitter les rues pour s’installer définitivement dans un marché communal. Ce n’est pas la première initiative communale dans la lutte contre l’occupation des trottoirs et la formalisation du commerce informel. Les marchés communaux, à l’instar du marché de la Petite vitesse à Isotry, du Pochard à Soarano, dispose encore des places libres, mais ces vendeurs refusent de les intégrer. « Les clients font leurs achats dans les rues et non à l’intérieur d’un marché. On risque de ne pas avoir de bénéfices dans les marchés. » avancent-ils.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi