A la une Politique

Gouvernement – L’évaluation des ministres débute

Les membres du gouvernement au terme de leur année d’évaluation face au Président de la République.

La date du 24 janvier, marquant la fin des douze mois de mandat accordés au gouvernement approche à grands pas. En vue de cette échéance, les ministres sont soumis à une évaluation présidentielle.

Le compte à rebours est enclenché. Plus que quelques jours et le mandat de douze mois accordé par Andry Rajoelina, président de la République, au gouvernement, pour faire ses preuves, arrivera à terme.

À l’approche du 24 janvier 2020 donc, tout porte à croire que le chef de l’État et son staff auraient déjà démarré l’évaluation des membres de l’équipe de Christian Ntsay, Premier ministre. Les informations sont confuses sur la manière dont se déroulent ces évaluations de performance. Certaines sources disent que le Président himself ferait passer des entretiens d’évaluation aux ministres. Des membres du gouvernement contactés affirment, toutefois, ne pas avoir passé d’entretien, ni avec le locataire d’Iavoloha, ni avec le chef du gouvernement.

D’autres sources parlent d’évaluation axée sur les réalisations faites par chaque département ministériel, sur la base du contrat programme requis à chaque ministre au début de leur prise de fonction. L’appréciation et les avis de l’opinion publique sur les actes et l’attitude de chaque membre de l’équipe gouvernementale seraient, également, prises en compte. Quoi qu’il en soit, les informations convergent vers une possible évaluation de la team Ntsay est en cours, voire sur le point d’être finalisée.

Des faits récents, du reste, laissent transparaître une relative manque de sérénité chez certains acteurs politiques, en vue de l’échéance du mandat gouvernemental. Le discours de Hajo Andrianainarivelo, ministre de l’Aménagement du territoire, durant une réception de présentation de vœux entre les membres du parti « Malagasy miara-mihianga » (MMM), qu’il préside, samedi, à Ankerana, par exemple, était intrigant.

Coïncidence
Durant cette prise de parole à Ankerana, le ministre Andrianainarivelo a souligné que le MMM faisait partie de ceux qui avaient grandement contribué à l’accès au pouvoir du président de la République, tout en soulignant « la maturité et la force », de son parti. Il en a, également, profité pour affirmer le soutien de la formation politique à Marie Thérèse Volahaingo, ministre de l’éducation.

« Nous sommes satisfaits du travail de tous les ministères dirigés par le MMM. Madame la ministre, nous vous avons installé à ce post et nous sommes satisfaits du travail que vous faites. Le parti vous soutient à 100% (…) personne ne sera laissée sur la touche », a déclaré Hajo Andria­nainarivelo.

Le parti MMM a fait les frais du mini-remaniement, en juillet dernier. L’un de ses ministres, installé à la tête du département de l’Ensei­gnement supérieur a été évincé. À l’approche de la fin du mandat du gouvernement, la ministre de l’Education nationale est dans le creux de la vague à cause de la défaillance de son département dans le partage des primes de fin d’année, entre autres. Des indiscrétions chuchotent, du reste, que le parti MMM serait en froid avec certains de ses alliés au sein du pouvoir.

Autre ministre à être dans une posture délicate, Blanche Nirina Richard, à la tête de l’Enseignement supérieur. Le Syndicat des enseignants chercheurs et chercheurs enseignants (SECES), dans un communiqué de presse, hier, a réitéré la demande qu’elle soit remplacée. Les résultats des évaluations déjà faites, par ailleurs, placeraient d’autres membres du gouvernement en ballotage défavorable, quant à une éventuelle reconduction.

La semaine dernière, la présidence de la République, a lancé un appel à candidature pour les postes à hautes responsabilités de l’État. La date butoir pour le dépôt des dossiers est le 24 janvier. Elle coïncide avec la fin du mandat du gouvernement. Une coïncidence qui pourrait ne pas être fortuite. Le recrutement de « cerveaux », à fin de renouvellement de la classe dirigeante pourrait tomber à point nommé.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • il est temps d’avoir des personnes competentes au gouvernement mais aussi au plus haut sommets des administrations seuls les resultats comptent mais aussi ils est necessaire d’ALLER VITE TRES VITE des reunions doivent avoir lieu tous les 3 MOIS POUR IDENTIFIER LES RESULTATS LES MINISTRES ET SECRETAIRES D’ETAT DOIVENT ETRE MIS SOUS PRESSION PERMANENTE.