Régions

Alaotra – L’insuffisance de l’eau à l’origine de tous les conflits

La pluie n’est plus tombée. La déception recommence à gagner les paysans. La majeure partie du plus important grenier à riz du pays, l’Alaotra, commence à souffrir à nouveau de l’insuffisance de l’eau. Les travaux qui dépendent de l’irrigation sont en stand-by après cinq jours d’attente des eaux provenant des barrages dont les vannes sont, pour la plupart, encore fermées faute d’une quantité suffisante pour alimenter tous les canaux d’irrigation.

Gilbert Ramena enrage tout en se servant d’une motopompe pour alimenter en eau une dizaine d’hectares de rizière, au grand mécontentement de tout le voisinage. Ses « voisins » savent très bien que, même si le gros Gilbert arrive à mettre à sec un canal, la quantité d’eau qui y est aspirée ne peut suffire à irriguer ses rizières. C’est pourquoi la tentative rend furieux tout le monde. « Nous avons tous besoin d’eau pour irriguer nos rizières. On ne gère pas l’eau comme ça ! Pourquoi ne pas attendre, comme tout le monde, l’ouverture des vannes des barrages ou la pluie ? C’est tout simplement du gaspillage, un gaspillage qui n’aboutit à rien», grogne un autre riziculteur en proie à une violente colère.

Dans l’Alaotra, les travaux de labour commencent dans la moitié du mois de décembre en temps normal. Cette année, le début de la saison accuse presqu’un mois de retard, selon les paysans habitués de la riziculture.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter