Faits divers

Poursuite de kidnappeurs – Les forces spéciales en difficulté à Brieville

Le mauvais temps a stoppé la progression des forces armées à Brieville après le rapt à Anjozorobe

Des gendarmes d’élite hyper-équipés sont sur les traces d’une vingtaine de kidnappeurs qui a enlevé une personnalité et découpé quatre villageois. Le mauvais temps mêlé de soucis techniques stoppent les poursuivants dans leur élan.

Les forces de défense et de sécurité tombent sur un os à Brieville. Prêts à en découdre après un rapt contre rançon commis à Anjozorobe par une vingtaine de ravisseurs, des gendarmes d’élite du Groupe de Sécurité et d’Intervention Spéciale (Gsis) se retrouvent bloqués par le mauvais temps.

Les fortes pluies qui s’abattent à longueur de journée dans la zone d’intervention stoppe net la progression des gendarmes et des militaires en train de remonter les traces des kidnappeurs. Le mauvais temps cloue, dans la foulée, au sol la libellule de fer mobilisée pour le ratissage aérien et l’appui des éléments au sol.
Pour le moment insaisissables, les ravisseurs se sont engouffrés avec leur otage dans l’épaisse végétation et la forêt profonde de la zone limitrophe entre Brieville et Tsaratanàna. En plus de ces obstacles liés à la météo viennent, de surcroît, s’ajouter des ennuis mécaniques qui entravent l’avancée des poursuites.
D’après les informations communiquées, une durite a claqué sur l’un des véhicules tout-terrain mobilisé dans cette opération. De leur côté, les ravisseurs sont entrés en contact avec les proches et familles du captif.

Rançon revue
Également confrontés à pareille difficulté, les ravisseurs sont, pour leur part, descendus d’un cran dans leur revendication. Aux dernières nouvelles, le montant exigé par les rançonneurs est passé de sept cent millions d’ariary à quarante millions d’ariary.

L’enlèvement a été perpétré, mardi, par une escouade de ravisseurs avec une barbarie inouïe. Après avoir enlevé une personnalité connue dans le district d’Anjozorobe, les kidnappeurs, pris en chasse par le fokonolona, ont donné du fil à retordre à quatre des poursuivants. Ces derniers ont été charcutés à mort, ce qui a contraint leurs compagnons à faire machine arrière. 
L’atrocité dont les ravisseurs ont fait preuve a déclenché une mobilisation de moyens matériels dans un ratissage ponctué de traque aérienne par des militaires héliportés jusqu’à ce que les fortes pluies ne perturbent l’opération. Un enfant terrible du rapt contre rançon, tristement connu dans tout le district de Tsaratanàna, répondant au sobriquet de Da-Kely est identifié comme étant celui qui tire les ficelles dans cette affaire. Sa bande a fait de nombreux ravages dans le district de Tsaratanàna en termes de kidnapping. Des comparses de ce ravisseur tant redouté ont déjà été abattus.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter