Faits divers

Fianarantsoa – Une fillette meurt sous les gravats

Un mur de soutènement s’est affaissé sur une maison, à Tanambao Fianarantsoa, mercredi vers 22h et a tué une petite fille. Cinq autres personnes ont été blessées.

Tragique. Une fille âgée de 10 ans est morte ensevelie sous les gravats suite à la chute d’un remblai sur leur maison, dans la nuit de mercredi à jeudi. Cette catastrophe est survenue à Tanambao Fierenana, fokontany de Tsaramandroso, à Fianaran­tsoa.
« Ils étaient six personnes dans cette famille occupante du foyer détruit. Les cinq ont été blessés. Ils ont été amenés à l’hôpital et sont déjà sortis après leurs soins », d’après les explications reçues au niveau de la police du commissariat central local.

Il pleuvait à verse dans la journée et la nuit. Vers 22h, le mur de pierres d’une hauteur d’environ trois mètres, dressé derrière cette habitation à étage, s’est écroulé. D’après les témoignages recueillis par un confrère sur place, personne n’a vu la vague de moellons et de boue dévaler vers ce toit à cette heure-là. C’était l’appel au secours des victimes qui a réveillé tous les voisins.

Battue par le glissement, la maison en question s’est également effondrée dont les décombres ont enfoui quatre enfants. Trois de ces derniers ont rapidement été déterrés par le fokonolona, tandis
que le dernier, la fillette, le plus difficile à désincarcérer n’a pas survécu. Elle a été évacuée vers l’hôpital pour tenter de la ramener à la vie, mais il était trop tard.

Responsabilité
« Le père de la victime, selon lui-même, a souligné qu’en plus de la pluie torrentielle, le défaut de construction de cet ouvrage de soutènement a surtout causé l’éboulement. Il aurait déjà exposé à son propriétaire que le mur risquait de tomber », peut-on lire dans le post d’un journaliste de Fianarantsoa.
« Nous avons constaté que cette construction n’était vraiment pas solide. Si c’est donc le cas, il y a une part de responsabilité à assumer par son propriétaire vis-à-vis de cet homicide involontaire. Jusqu’ici, la famille endeuillée n’a pas déposé une plainte », indique la police. Une enquête est ouverte en ce sens. Personne n’est, toutefois retenu au commissariat. « Ceux qui devront être entendus sur cette affaire ont tous été identifiés. Il n’y a pas de souci qu’ils s’enfuient où se dérobent », ajoute la police.

Beaucoup d’autres maisons ou infrastructures dans cette ville présentent un danger public et nécessitent sérieusement une mesure pour gérer les risques en cette saison de pluie, comme l’a soulevé un techni­cien à la commune.