Accueil » Economie » Commerce – Les associations des consommateurs sollicitées
Economie

Commerce – Les associations des consommateurs sollicitées

L’organisation  doit protéger  les  producteurs  nationaux et  les  industries  locales  contre  le  dumping.

La vulnérabilité de l’industrie peut être solutionnée par la régulation de la concurrence à l’importation. L’ANMCC s’y attelle.

Rude concurrence. Pour amoindrir les effets de la flambée des importations, le système de protection des produits de consommation locale a été remis à jour à travers la tenue d’une table ronde sur les enjeux socioéconomiques des mesures correctives, hier à Antaninarenina. Organisée par l’Autorité Nationale chargée des Mesures Correctives et Commerciales (ANMCC) sous la houlette du ministère de l’Industrie du commerce et de l’artisanat, l’initiative ambitionne de rassembler tous les acteurs de la vie économique depuis les producteurs et les industries transformatrices jusqu’aux consommateurs finaux.

« Il est indéniable que l’économie malgache dépend largement des flux d’importation. Il s’agit pour le moment d’atténuer les impacts de la flambée de ces importations sur la consommation mais aussi et surtout sur les conséquences directes de ces importations sur les produits et industries locaux sur le plan de la concurrence » avoue Lantosoa Rakotomalala, ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat. Le développement des industries locales reste ainsi l’objectif privilégié des autorités en appliquant ces mesures de protection, de sauvegarde et de correction en rapport avec les produits d’importation.

« Des mesures sont étudiées pour être appliquées afin de sauvegarder l’intérêt des entreprises locales. L’entité mène les enquêtes à la demande des entreprises ou des branches de production nationales, se sentant lésées face à des manœuvres de dumping ou à l’accroissement massif des importations et à d’autres pratiques commerciales préjudiciables à leur égard » explique Barthélémy, directeur général de l’ANMCC.

Impact positif

Les mesures entreprises par l’ANMCC on t ainsi conduit récemment à l’implantation d’unités de production de certains produits importés sur le territoire malgache. Les détergents en poudre des marques « Extra Propre » et « Vaoline » sont désormais produits à Madagascar. Les pâtes de marque « Panzani » et « Illico », auparavant importées, sont maintenant fabriquées localement tandis qu’une autre société de fabrication de couvertures voit aussi le jour.

Des mesures de sauvegarde appliquées, à l’issue de longs mois d’enquête sur l’existence de dumping et d’importation massive. Le détergent en poudre importé a été taxé de trente ariary de plus par sachet de 30g. Un droit additionnel de 29% sur les pâtes alimentaires et 42% sur les couvertures importées. Ces mesures de sauvegarde sont en passe de devenir des mesures définitives mais révisables au bout de quatre à cinq ans.

« Les effets de ces récentes mesures se sont tout de suite fait ressentir chez le consommateur local, mais aussi et surtout chez les industriels producteurs eux-mêmes. Il a été ainsi constaté que la production nationale est en hausse et l’importation de produits finis en baisse » s’enthousiasme un des participants à la table ronde. Cependant la plupart des participants préconisent le renforcement du rôle et du pouvoir des associations de consommateurs.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi