Faits divers

Manandriana – Deux Kalachnikov pris après une fusillade

Les forces de gendarmerie ont attaqué cinq bandits armés, tapis dans leur repaire. Des échanges de coups de feu ont duré une heure et cinq personnes ont été arrêtées avec deux armes de guerre.

Une guérilla a fait rage à Talata Vohi­mena Manan­driana avant- hier. Après de violents échanges de coups de feu qui ont duré près d’une heure, cinq bandits ont été appréhendés, armes de guerre entre les mains. Lors de leur arrestation, les gendarmes ont mis la main sur deux fusils Kalachinov dont un AK47 de fabrication russe et un fusil d’assaut chinois.

Les bandits n’avaient presque plus de munition lorsque les forces de gendarmerie les ont capturés. Dans chacune de leurs armes, il ne restait plus qu’une seule cartouche.

Après le cessez-le-feu, les gendarmes ont récupéré quatre têtes de bovidé. Hier, les procédures ont été entamées afin de les restituer au propriétaire. Ces scènes de guerre se sont produites dans le village de Soatàna Sahamandresy.

Mis sur la piste des malfaiteurs par des informateurs civils, les gendarmes du poste de Talata Vohimena ont lancé une opération. Après avoir localisé, la tanière de la bande, des éléments de ce poste avancé se sont rendus sur les lieux, munis de Kalachnikov.

Cernés

Parés à toute éventualité et prêts à donner du fil à retordre au gang, les hommes envoyés pour livrer bataille s’attendaient à ce que les malfaiteurs disposent d’une puissance de feu aussi effrayante que la leur.

Embusqués derrière les murs d’une maison, l’escouade de bandits a accueilli les gendarmes de Talata Vohimena dans un déluge de feu.

En progressant dans une approche tactique, les forces de gendarmerie ont pris le dessus. Le contrôle de la situation est tombé entre leurs mains après une fusillade qui a duré près d’une heure. Cernés dans leur cachette, devenue un piège qui s’est refermé sur eux, la bande n’avait aucune issue, d’autant plus que les gendarmes ont bouclé tout le périmètre.

Lorsque l’étau s’est resserré de plus en plus sur leur position, les bandits, pris en tenaille, ont poussé des cris de détresse.

Condamnés à épuiser leurs dernières cartouches dans un baroud d’honneur, la bande armée a été poussée à la reddition. Pour échapper à une mort qui les guettait dangereusement, les malfaiteurs étaient
bien obligés de jeter leurs armes.

Bien que les affrontements aient fait rage, les gendarmes du poste avancé de Talata Vohimena ont fait preuve de respect des droits de l’homme en accordant la vie sauve aux membres de cette association de malfaiteurs.
Le passage au Parquet des cinq individus arrêtés est prévu dans les jours qui viennent. Les armes de guerre qui leur étaient arrachées sont, en revanche, saisies et examinées pour en identifier l’origine.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter