Régions

Antsiranana – Les Français fidèles au rendez-vous du 11 novembre

Dans la capitale du Nord, comme chaque année, Français et Malgaches, civils et militaires, se sont retrouvés devant le Monument aux morts pour commémorer l’armistice de 1918.

11 novembre 1918. Les Français d’Antsiranana n’ont pas manqué de commémorer cette date qui rappelle l’armistice signé dans une clairière de la forêt de Compiègne, pour mettre fin  à la première guerre mondiale. Plus de huit millions de personnes, civiles et militaires, et la France se doit de se souvenir d’elles. Dans la capitale du Nord, comme chaque année, les Français et les Malgaches, civils et militaires, se sont donné rendez-vous devant le Monument aux morts construit à l’intérieur du cimetière français situé sur la route de la plage de Ramena.
La cérémonie, marquant ce 101e anniversaire de l’armistice de 1918 a débuté par la traditionnelle revue des troupes. Le consul honoraire Daniel Lozes était entouré du préfet d’Antsiranana, Adèle Rabemamory, des chefs militaires, du capitaine de corvette Pierre-Gauthier Tilquin, commandant du navire Champlain de la marine nationale française accompagné des marins français qui ont spécialement participé aux travaux d’entretien du  cimetière. L’on a aussi  remarqué la présence de l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Madagascar, Philip Boyle, même si les Anglais ont avancé la commémoration dimanche au War Cemetary, près du CAPR.

Frères d’armes

La cérémonie s’est poursuivie par le traditionnel dépôt de gerbes, l’interprétation des hymnes nationaux des deux pays par les élèves du collège français Sadi Carnot, et par le discours du consul de France.

Daniel Lozes s’est adressé particulièrement aux associations d’anciens combattants pour leur implication  dans l’entretien du souvenir de tous ces frères d’armes disparus. « Cette commémoration commune témoigne de l’intensité du lien entre les deux pays, et vous êtes là pour veiller à ce que les jeunes génération s’imprègnent du dévouement et des sacrifices de leurs ainés pour, s’il le fallait, défendre à leur tour notre pays avec un même courage », affirme-t-il.

L’occasion lui a permis aussi de lire le message de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées. Puis, il a rappelé le courage des 41 000 soldats malgaches qui avaient accompagné leurs pairs français dans les efforts, les difficultés et les souffrances de la guerre. Beaucoup d’entre eux ont donné leur sang et leur vie à la France. Mais, fauchés par le feu ennemi, plus d’un quart  d’entre eux (11 000), n’étaient pas revenus à Madagascar.

Pour clore la cérémonie, le consul a invité l’assistance à fleurir les tombes des soldats inhumés dans le cimetière avant de l’inviter à la résidence du consulat pour le traditionnel vin d’honneur.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter