Accueil » Régions » Université de Mahajanga – Chaque gréviste exige un forfait de 300 000 ariary
Régions

Université de Mahajanga – Chaque gréviste exige un forfait de 300 000 ariary

La grève du PAT au Kakal, siège de l'université.

Cela va faire plus de six mois que le personnel administratif et technique (PAT) de l’Université de Mahajanga milite pour le paiement des 25% d’indemnité de technicité, déduite de leur salaire. Il a également revendiqué la régularisation des employés de courte durée.

Vendredi, il a recommencé à fermer tous les bureaux de l’Université sans exception, et ont appelé à la grève générale. Ce, pour exiger l’indemnité de technicité. Le mouvement ne s’arrêtera pas tant que cette somme n’est pas versée sur le compte de chaque employé.

Lundi, les membres de la Cellule de crise ont fait monter les enchères. « Au lieu des 25%, nous exigeons un forfait de 300 000 ariary par employé du PAT. Tous les bureaux sont fermés désormais. Aucun cours n’aura lieu. Seuls, les services essentiels dont celui des finances, seront autorisés à ouvrir tous les après-midis à partir de ce lundi. Tant que cette revendication de forfait n’est pas versée dans notre poche, nous n’arrêterons plus les manifestations. Aucune solution n’a encore été apportée depuis six mois », déclarent les grévistes.

Le sénateur Alidy, élu dans la province de Mahajanga, a rencontré les membres de la Cellule de crise, samedi. Une réunion a été organisée au restaurant Les Roches Rouges. Le parlementaire a promis d’en toucher mot auprès du gouvernement et de trouver une solution. Il a remis trois mois de salaire en guise d’aide sociale aux employés. « Le ministère est en train d’élaborer un décret concernant cette indemnité de technicité. Il faut patienter », rassure-t-il.

Le bras de fer est donc engagé, les manifestants ont décidé de durcir le mouvement. Les employés ont aussi exhorté leurs collègues au niveau des Instituts d’Ambondrona de rejoindre leur manifestation. Sinon, ils les expulseront de leur salle.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter