Accueil » Régions » Route nationale 4 – Des ponts menacent de s’effondrer
Régions

Route nationale 4 – Des ponts menacent de s’effondrer

Le viaduc s'effondrera bientôt et la circulation sera coupée au prochain passage d'un gros poids lourd.

Plusieurs infrastructures sur la route de Mahajanga sont devenues dangereuses à cause de leur état déplorable. C’est le résultat des méfaits incessants des vandales.

Les infrastructures routières dont les passerelles, sont en très mauvais état sur la Route nationale 4 reliant Mahajanga à Antananarivo. Celles situées dans le district de Marovoay sont les plus nombreuses à être en pleine dégradation. Elles constituent un grave danger pour les usagers. La plus à craindre se situe à plus de cinq kilomètres après le croisement de Marovoay vers Mahajanga.

Les parapets en béton qui entourent le viaduc ont été vandalisés depuis des lustres. La bordure menace de s’affaisser à chaque passage d’un poids lourd chargé alors que des semi-remorques transportant des tonnes de marchandises, y passent tous les jours.

Prix dérisoire

Tous les véhicules préfèrent franchir le pont par le côté droit de la voie à cause de grands trous visibles au milieu de la passerelle.

Les mêmes problèmes sont observés sur la plupart des aqueducs le long de la route nationale 4. Les armatures et les assemblages, dont les ossatures des ponts métalliques, ont été dépouillés et arrachés par des vandales depuis longtemps. Tous les gaillards d’avant et d’arrière sont dépouillés de leur structure à cause de la mentalité des habitants riverains.

« Les matériaux dont des fers sont volés et vendus à un prix dérisoire, 1 000 à 5 000 ariary le kilo et cela, depuis des décennies. Ils n’ont jamais été inquiétés », déplore un chauffeur de taxi-brousse.

Or, on ne peut pas estimer le coût d’un pont métallique aujourd’hui. Vu l’inflation et la hausse des prix des matériaux, les travaux d’entretien sont rares.

Le pont métallique de Tanambao-Andranolava (PK 498+480) a déjà subi plusieurs réparations. La circulation a été coupée de nombreuses fois dans l’année. Le 24 juin, le pont a été fermé pendant toute une journée pour raison de soudure d’une partie endommagée. Et voilà que le 5 octobre, une autre lame a disparu et un trou béant s’est ouvert.

Les responsables des travaux publics de Boeny auront du pain sur la planche pour réparer tous ces dégâts.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter