Accueil » Economie » Bailleurs de fonds – Madagascar soutient la BAD
Economie

Bailleurs de fonds – Madagascar soutient la BAD

Le président  de  la  BAD Akinwumi  Adesina.

La Banque africaine de développement, BAD, n’a jamais abandonné Madagascar même aux moments les plus critiques des crises politiques. Le pays lui rend l’ascenseur.

Une participation symbolique. Mais qui a une forte signification. La reconnaissance des services rendus par la Banque africaine de développement, la BAD, pour Madagascar. Par le financement des grands projets infrastructurels afin de soutenir la croissance économique, même en dents de scie. La BAD n’a pas suivi les sanctions des autres bailleurs de fonds lors des crises politiques à répétition. Elle a toujours été aux côtés de Madagascar et sa population, la plus meurtrie par ces conflits politiques improductifs.

Maintenant, elle va augmenter son capital autorisé de 69 475 550 000 unités de comptes, UC, à 153 131 360 000 UC. Par l’émission de 8 371 881 nouvelles actions. Madagascar ne détient que 0,643% du capital social mais entend souscrire 53 826 parmi ces « obligations » dont 3 230 à libérer et 50 596 sujettes à appel, selon les formules y afférentes. Il s’agit d’une décision prise en Conseil des ministres mais passée presque inaperçue. À l’issue de l’opération, les membres régionaux vont mettre la main sur 60% de l’ensemble et les non régionaux 40.

Efficace

Pour mesurer les impacts des aides financières de la BAD, voici ce qu’en déduit un bilan officiel. « Le 6 octobre 2020, le portefeuille actif du Groupe de la Banque pour Madagascar comptait 21 opérations. Le montant des engagements s’élevait à 553,79 millions de dollars. La taille moyenne des projets d’investissement était en augmentation, passant de 27,4 millions de dollars en moyenne en 2017 à plus de 41,1 millions de dollars à la fin de 2019. Les secteurs couverts sont le transport (33,9%), l’agriculture (30,1%), l’énergie (25,5%), la gouvernance (9,9%), l’eau et l’assainissement (0,4%), l’environnement (0,2%) et le secteur social (0,1%) ». Même durant l’année de la crise sanitaire, des progressions ont été enregistrées.

Ces données ont eu le temps d’évoluer au fil des réalisations mais elles suffisent à démontrer le poids de la BAD dans les efforts consentis pour développer Madagascar. Un partenaire technique et financier de premier rang. Les deux parties ont déjà ficelé le Document stratégie-pays, DSP, pour 2022-2026. C’est dire si la collaboration est à la fois, efficace et mutuellement avantageuse.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter