Accueil » A la une » Paludisme – Huitième cause de mortalité dans les hôpitaux
A la une Social

Paludisme – Huitième cause de mortalité dans les hôpitaux

L’utilisation de moustiquaire reste un moyen efficace de se prémunir du paludisme.

Le paludisme détient la cinquième place des maladies traitées dans les hôpitaux et la huitième place de cause de mortalité au niveau des centres de santé. Un plaidoyer afin de renforcer le système de santé et le financement de la lutte contre cette maladie ont été effectués.

Alors que le pays commence à renforcer la lutte contre cette maladie, elle fait partie des maladies les plus traitées dans les centres de santé et dans les hôpitaux. «Le paludisme occupe la huitième place de cause mortalité et la cinquième place de maladie qui touche le plus dans les hôpitaux», indique Docteur Gertrude Raharimanana, coordona teu r na tionale de la COMARESS. Actuellement, une centaine de districts n’a pas encore éradiqué le paludisme. Tandis que quatorze districts sont en phase d’élimination. «Les districts en phase d’élimination comptent un cas sur mille personnes. Il s’agit du district d’Antananarivo Renivohitra, Arivonimamo, Soavinandriana, Antananarivo Antsimondrano et Avaradrano, Faratsiho, Antsirabe 1 et 2, Diégo I et Sainte Marie, Ambatolampy, Miarinarivo, Manjakandriana », enchaine le responsable.

Dans le cadre de la lutte contre la maladie, des moustiquaires imprégnées ont été distribuées au niveau des fokontany. Malheureusement, les moustiquaires ne sont pas utilisées à bon escient. «Dans le pays, on déplore le mauvais usage des moustiquaires imprégnées puisque la moustiquaire est employée dans la culture et même pour la pêche. Nous essayons de sensibiliser sur l’utilisation des moustiquaires auprès de la communauté», déplore le responsable. Selon les explications, les moustiquaires ont une prescription de trois ans et passé ce délai, elles doivent être renouvelées.

Plaidoyer

La lutte contre le paludisme est en partie financée par le fonds mondial. Un fonds qui va servir de financement de deux autres maladies. La baisse de financement aura des répercussions sur les actions en termes de lutte. Les organisations de la société civile œuvrant dans le domaine de la santé rappellent une contribution sous forme de don auprès de ce fonds. Il s’agit d’un engagement pris en 2019, mais qui n’a pas été tenu. Les Hashtags Meet the target, ou encore fightforcounts ont illustré ce rappel. Ainsi Madagascar est encouragé à augmenter son engagement de la sixième reconstitution pour la septième reconstitution. Parallèlement à cet appel, l’augmentation de l’investissement dans la santé est également mentionnée. «Nous appelons Madagascar à augmenter progressivement votre investissement dans la santé en allouant au moins 15% de votre budget annuel à la santé ou jusqu’à 5% de votre PIB Annuel en tant que dépenses publiques de santé, selon le conteste», indique le communiqué.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter