Accueil » Régions » Morombe – Un cas de détournement de mineure étouffé
Régions

Morombe – Un cas de détournement de mineure étouffé

Morombe abrite des cas de crimes souvent non dénoncés.

La fille d’un chauffeur habitant la ville de Morombe a été emmenée par un homme dans une chambre d’hôtel. La fille est mineure et l’homme la trentaine. C’est ainsi un crime devant la loi. Un membre du Comité régional de lutte contre le travail des enfants (CRLTE), sur la base de plusieurs témoignages, affirme le cas d’un détournement de mineure et l’a dénoncé aux autorités compétentes. Seulement, durant le processus, le chauffeur a été approché par une autorité locale et sa femme pour « arranger » la situation, et il aurait « gentiment demandé de ne pas porter plainte contre l’homme qui a emmené sa fille à l’hôtel ».

Le membre du Comité régional de lutte contre le travail des enfants, à cheval sur les dénonciations et les actions à entreprendre en cas de violence envers les enfants, a de suite été démis de ses fonctions, car il s’est constitué en témoin dans l’affaire, gênant ainsi l’autorité locale en question. Au vu du signalement, la Police de Toliara, membre du Centre Vonjy, est descendue à Morombe pour effectuer des enquêtes.

Selon le membre du CRLTE licencié, après son déferrement l’auteur du crime a obtenu un simple « sous contrôle judiciaire » alors qu’il devait être en mandat de dépôt en attendant son jugement. Un avocat appuie la plainte pour détournement de mineure déposée par le Centre Vonjy et suit de près l’affaire au tribunal de Morombe. L’avocat déposera également plainte pour abus de pouvoir et licenciement abusif envers l’autorité locale citée. L’audience de l’auteur de la violence envers la jeune fille aura lieu au tribunal de Morombe le 19 septembre prochain.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter