Accueil » Politique » Dr Justin Mahafaky (Gouverneur Atsimo Atsinanana) – « On transformera nos fruits »
Politique

Dr Justin Mahafaky (Gouverneur Atsimo Atsinanana) – « On transformera nos fruits »

Le Dr Justin Mahafaky

Le gouverneur de la région Atsimo Atsinanana, Dr Justin Mahafaky priorise la transformation des fruits lesquels abondent dans sa région.

L’Express de Madagascar: Que propose la région Atsimo Atsinanana pour le développement de sa population?

Dr Justin Mahafaky : La région Atsimo Atsinanana est le deuxième producteur de girofle du pays après la région Analanjirofo. C’est aussi la région reine du café malgré le vieillissement des plants. Nous produisons également de la vanille mais par-dessus tout, les fruits abondent dans notre région. Nous avons des bananes douze mois sur douze, des jaquiers, des litchis, des corossols, des fruits à pain, des prunes de Cythère. Nous prioriserons, dans le cadre du programme ODOF, mené parle ministère de l’Industrialisation, du commerce et de la consommation (MICC), la transformation de ces fruits qui existent dans les cinq districts qui composent la région. C’est une piste très intéressante mais le désenclavement des districts figure également dans le plan de développement de la région.

Comment comptez-vous exploiter efficacement les fruits dont vous avez parlé?

Avec le ministre coach de la région Atsimo Atsinanana, Gisèle Ramampy, des propositions ont été avancées. La transformation des fruits à pain en farine sera menée avec le Programme alimentaire mondial (PAM) dans la commune de Vohilava, district de Farafangana. Le girofle de Vangaindrano sera trié pour l’export ou pour être transformé en essence de girofle et huile essentielle. Un partenaire a même été déjà identifié pour mener à terme la mise en place d’une unité de triage de girofle qui fera travailler notamment des femmes. La région produit quelques 4 000 t de girofle par an. C’est l’un des produits phares de la région actuellement. L’exploitation du café est quelque peu mise en seconde zone au grand bonheur du girofle. Toutefois, nous étudions l’exploitation d’autres cultures de rente et d’autres produits qui pourrissent sur place faute d’infrastructures routières pour les écouler. Le poivre ou encore l’arachide de Midongy du Sud, le coco seront transformés en huile alimentaire. Des unités de transformation de bananes, de litchis et de corossol et autres fruits en jus ou en confiture seront mises en place et tourneront douze mois sur douze. La région sera un centre important de transformation des fruits.

Justement, quel est aujourd’hui l’état des routes dans l’Atsimo Atsinanana?

Trois districts en particulier sur les cinq restent enclavés. Vondrozo, Midongy du Sud et Befotaka. Les produits de rente ou fruits en provenance de ces districts restent sans preneurs. Les collecteurs abandonnent d’office le déplacement vers ces districts malgré leur potentiel. Mais l’État central nous a fournis des engins pour réhabiliter des routes reliant des communes au chef-lieu de district. La région a déjà entre les mains des compacteurs, des niveleuses et bulldozers et des conducteurs formés par la société Henri Fraise. La région va entamer ce qu’elle peut faire avec ces moyens. En outre, lors du passage du premier Ministre, Christian Ntsay dans la région les 24 et 25 août derniers, la recherche d’équilibre entre les cinq districts composant la région à savoir Vangaindrano, Farafangana, Midongy du Sud, Befotaka et Vondrozo, a été discutée. Les partenaires techniques et financiers et le secteur privé devraient s’impliquer plus dans les trois derniers districts que j’ai cités et non pas les délaisser à cause de l’état des routes. Il y a des gens qui y vivent et qui méritent le développement. La réfection de la RNT12 A reliant Vangaindrano à Taolagnaro dans la région Anosy est déjà en cours et les produits pourront être exportés depuis le port de Taolagnaro ou par le canal des Pangalanes pour atteindre le port de Toamasina. Il n’y aura plus besoin de faire un tour à Fianarantsoa pour transporter les produits vers Toamasina.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter