Accueil » A la une » Développement – Rajoelina au pas de course
A la une Politique

Développement – Rajoelina au pas de course

Le couple présidentiel soutenu par la population en route vers Ramena.

D’une pierre plusieurs coups. Assénés à l’encontre de ses détracteurs. Voilà la lecture politique de la venue du couple présidentiel à Antsiranana, accompagné par quelques membres du gouvernement dont le Premier ministre.

Tracer la voie du développement à travers des boulevards et des routes. Telle a été la posture adoptée par le président de la république Andry Rajoelina, lors de sa visite dans la ville d’Antsiranana. « Nous allons répondre par le travail au profit de la Nation et de la population les critiques stériles des uns et des autres ».

Il a ainsi donné le coup d’envoi des travaux de la réhabilitation d’un tronçon de la route nationale 6. Entre Antsiranana et Ambanja, long de 233,8 kilomètres. Financée par la Banque européenne d’investissement et l’Union européenne à hauteur de 235 millions de dollars. « Le développement d’Antsiranana passe à la vitesse supérieure » a-t-il mentionné.

Une déclaration à la hauteur de la dimension de l’événement. Cette cérémonie a, au moins deux significations politiques. Le régime en place a la confiance et le soutien des bailleurs de fonds traditionnels. L’ambassadeur de l’UE, Giovanni Di Girolamo a fait le déplacement. Et l’ouverture de ce chantier va effacer les lacunes et les défaillances techniques dans la réfection de cette route dans les années 2000.

Lors de cette visite, Andry Rajoelina a aussi inauguré plusieurs artères serpentant la capitale du Nord. Illuminée la nuit par un éclairage public performant.

Il est ensuite allé voir la situation du côté de la Secren, fleuron de l’industrie malgache mal en point depuis plusieurs années. « J’étais venu ici en 2010, la Secren était en difficulté. Je constate que onze ans après la Secren est toujours en difficulté » a-t-il déclaré. Mais Rajoelina n’était pas venu pour accabler les responsables mais pour apporter des solutions à court et moyen terme. Il a annoncé le règlement progressif des arriérés de salaire des employés et la relance de la Secren avec un partenaire international.

De beaux hôtels

Il a terminé son séjour à Antsiranana par un piquenique géant sur la magnifique plage de Ramena avec désormais une belle route d’une vingtaine de kilomètres. En 65 ans, c’est la première fois que la route de Ramena a fait l’objet d’un bitumage. Le couple présidentiel, suivi par une foule joyeuse et enthousiaste a fait « la course en tête ».

Comme pour signifier l’atout de la jeunesse qu’il incarne, soutenu par des simples gens qui aspirent à des changements réels et tangibles de leur cadre de vie. Il est maintenant agréable de rejoindre Ramena où des merveilles de la nature attendent les visiteurs étrangers ou nationaux. « Nous allons y construire de beaux hôtels pour rendre inoubliable le séjour des touristes » a promis Andry Rajoelina.

Tout cela s’inscrit dans les préparatifs de la réouverture des frontières aériennes et, au passage, la relance des activités liées au tourisme. Les plus touchées par la crise sanitaire. Pour couronner le tout,Andry Rajoelina a aussi procédé à la pose de la première pierre du futur « Centre Akany Fitiavana », en présence de son épouse. Tout en mettant en évidence l’importance des volets économiques, Andry Rajoelina n’a pas oublié le côté humain et social lors de ce déplacement qui fera date dans l’histoire de la ville d’Antsiranana.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Grand effort. Apparemment, le président Rajoelina a de bonnes intentions. Continuez à construire -et à sauvegarder- ils viendront (…) L’Afrique en général et Madagascar en particulier mérite sa place au soleil. Pour l’instant, le moteur économique n’est pas encore entre les mains des populations locales. Un continent/pays qui investit dans sa population préserve son destin et la génération à venir. Pas de rêve débout, le Continent et Madagascar doivent bien faire part des choses : PAS de prospérité en vue à moins que la masse n’ait le pouvoir d’achat (les populations locales sont les principaux consommateurs, producteurs et acheteurs des produits & services du pays et du Continent).

  • Salama namako ô
    Miezaka kosa aloha ny fanjakana amin’ny fampandrosoana e. Tena marian io. Manangana etsy sy eroa, manamboatra etsy sy eroa, manarina ny tsy mety e. Fa ny fanontaniana dia iray ihany
    Mandeha amin’ny laoniny ve ny fampandrosoana? (inona no tena matoa e? Kianja filalaovana ve, sa trano mijoalajoala ve, sa lalana? sa ….ny sosialimbahoaka?) Vazivazy nataoko tamina manampahefana iray: Rehefa vita io Mahamasina io (kianja Barea) dia hiraoka ahitra eo daholo isika. Inona ny tombontsoa nanaovana an’io? Alaivo ambony, alaivo ambany dia hitanao eo! Tsy midika izany fa tsy ilaina ireny fa aminay aloha tsy mbola laharapahamehana izany. Vatsio fanafody ny hopitalimbahoaka, dia basy. Miditra ao amin’ny HJRA anie ianao ka miandry … Aza marary ihany e!
    Ambava homana, ampo mierotra