Editorial

Treize inquiet

Qu’est-ce qui peut bien se passer aujourd’hui ? Le mal ou le bien est-il en avance ou en retard d’un vendredi 13? Le fait est qu’on a eu droit à une double surprise hier à la clôture du dépôt de dossier de candidature aux élections communales. D’abord la plateforme IRD que l’on croyait en panne de candidat pour conquérir la capitale a déniché un oiseau rare auquel personne ne pensait puisqu’il détient déjà un poste qui lui va comme un gant. Naina Andriatsitohaina est peut-être le candidat qu’Antananarivo attendait. Il a tout pour plaire les plus exigeants. Reste à savoir s’il a assez de poigne pour remettre un peu d’ordre dans la ville. c’est le plus gros challenge qui l’attend s’il est élu. un grand chantier étant donné les quatre ans de gabegie de la gestion Ravalomanana. Mais il suscite l’espoir de tous les tananariviens.

Le combat que tout le monde attendait entre le tim et l’IRD n’aura finalement pas lieu. La plus grosse surprise de la journée aura été le renoncement de Marc Ravalomanana dont la candidature a été sollicitée par l’opposition et par ses propres députés. Pressenti jusqu’au dernier moment, il a préféré s’éclipser au profit d’un jeune, inconnu au bataillon. Ravalomanana s’est finalement rendu à l’évidence en renonçant à ce qui aurait été un combat d’arrière garde après avoir échoué à la présidentielle et après avoir été empêché d’être le chef de l’opposition. un nouveau revers aux communales aurait sonné définitivement le glas pour le gourou du tim qui va soutenir à fond son candidat dans l’espoir de pouvoir garder sous sa coupe la capitale. ce qui semble désormais difficile face à la pointure du candidat d’en face.

Mais le plus inquiétant dans ces communales et qui peut être dramatique pour le pays, est cette pénurie chronique de candidats. si les chiffres d’hier lors de la clôture du dépôt de dossier de candidature se confirme, plus de la moitié des mille sept cent communes n’ont pas de candidat et n’auront pas ainsi de maire. L’État va devoir désigner qu’on le veuille ou non un président de la délégation spéciale pour gérer ces communes. La situation est grave étant donné qu’on a beau ressasser que le développement doit commencer à la base, que la décentralisation doit être effective, la population semble se désintéresser complètement de l’avenir de sa commune.

La succession des élections, les fraudes électorales, les décisions contestables des juges électoraux, le montant relativement exorbitant de la caution des candidats, la complexité des formalités… ne sauraient pas expliquer cette démission collective des citoyens, cette inconscience coupable. Même dans un village très éloigné, il existe toujours des leaders de nature qui aspirent au développement et à la gestion de leur bourgade. en tout cas, les candidats sont des espèces en voie de disparition. On finira de facto par abandonner les élections au suffrage universel à cette allure.

La candidature de Naina Andriantsitohaina est salutaire et met un frein à la tendance des prétendants farfelus mais comme la nature a horreur du vide, les places manquantes vont être très vite comblées par ceux qui ont les poches pleines mais la tête à moitié pleine.

On espère que si Naina Andriantsitohaina l’emporte à tana, ce serait le déclic d’un retour des candidats respectables dans les élections.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter