Accueil » Editorial » Mandat d’arrêt à la médiocrité
Editorial

Mandat d’arrêt à la médiocrité

Nouvelle défaite des Barea en quarts de finale de la Cosafa Cup face à la Namibie hier à Durban. Une issue positive à ce déplacement aurait été un miracle. D’abord l’équipe s’est mal préparée avec beaucoup d’incertitude et n’aurait jamais débuté le regroupement sans la détermination du coach Romuald Rakotondrabe. Mais l’équipe manquait de tout. Les joueurs n’avaient que leur cœur pour aller aux entraînements. Et jusqu’au départ, la participation des Barea n’a jamais été une certitude. L’équipe n’avait même pas d’équipement, ni de tenue d’apparat.

Pourtant le voyage était pris en charge par l’organisation pour une délégation de vingt-cinq personnes. Des primes de match et de victoire sont octroyées à chaque équipe. De quoi motiver les joueurs. Mais cela ne suffit pas. Les joueurs sont arrivés à Durban depuis Nairobi quelques heures avant le match. C’est le contrecoup de l’interdiction d’Air Link d’opérer sur la ligne Tana-Johannesburg.

Difficile dans ces conditions de pouvoir rêver une issue positive au match. C’était d’autant plus impossible que la plupart des joueurs étaient à leur tout premier match international avec ce que cela suppose d’inexpérience et de naïveté.

Il faut arrêter avec cette préparation bâclée et l’envoi des joueurs à l’abattoir. Certes il y a beaucoup à faire au niveau technique pour qu’on puisse prétendre jouer un premier rôle dans ce tournoi que les Barea avaient pourtant gagné en 2005. Le match contre la Namibie a été programmé depuis longtemps. On avait largement le temps pour regrouper les joueurs pendant des mois mais on s’est laissé rattraper par l’échéance.

Espérons que la visite des émissaires de la FIFA va régler une bonne fois pour toutes les problèmes de gouvernance au niveau de la FMF dont la gestion est minée par la politique depuis le départ à l’étranger du président élu Raoul Arizaka Rabekoto.

La FIFA va certainement remettre les pendules à l’heure et chacun à sa place. Un début de normalisation a été déjà observé avec le retour des personnels administratifs de la FMF objets de menaces auparavant. Il a fallu un rappel à l’ordre formel de la FIFA avant la tombée d’une sanction pour que tout le monde reprenne ses esprits. Les émissaires de la FIFA vont certainement clarifier davantage les règles du jeu pour que les serviettes ne se mêlent plus au torchon. Il était temps.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter