Politique

Droiture et exemplarité – Le Premier ministre sur tous les fronts

Le Premier ministre Ntsay Christian multiplie les descentes sur terrain ces derniers temps.

Le locataire de Mahazoarivo multiplie les descentes sur terrain, depuis quelques jours. Entre lutte contre l’insécurité, exemplarité de l’administration, le chef du gouvernement met l’accent sur ses points forts.

Droiture et exemplarité. Deux mots autour desquels s’articulent les tournées de Christian Ntsay, Premier ministre, ces derniers jours. Dans une conjoncture politique qui pourrait être décisive pour le gouvernement, son chef multiplie les descentes sur terrain. Affirmer son autorité sur l’administration et prêcher pour le rétablissement de la confiance de la population envers cette dernière.

« L’exemplarité et la droiture sont les conditions pour rétablir la confiance de la population envers l’administration ». Une phrase dite par Christian Ntsay, à Vatomandry, le 5 juillet. Des mots qu’il a repris à Mandritsara, mercredi, et devant les apprenants de l’Ecole supérieure de la gendarmerie nationale (ESGN), à Moramanga, hier. Lors de ses déplacements ces derniers jours, le Premier ministre a mis en avant sa qualité de chef de l’administration.
Il a ainsi, intimé cette droiture et exemplarité aux responsables étatiques, à tous les niveaux et aux membres des Forces de défense et de sécurité (FDS), et même aux responsables du ministère public. « Il faut reconquérir la confiance de la population. (…) C’est à travers les responsables locaux qu’elle évalue la valeur de
l’État. (…) Si nous voulons reconquérir cette confiance, il faut appliquer la tolérance zéro contre tous les éléments déviants », a-t-il fait remarquer avec verve et autorité, à Mandritsara.

La lutte contre l’insécurité est, aussi, l’autre sujet mis en avant durant les tournées du locataire de Maha­zoarivo. Félicitant les FDS, il a souligné l’amélioration des conditions sécuritaires, notamment, la sécurité rurale. Concernant la lutte contre le vol de bovidé, le chef du gouvernement, à Mandritsara, a affirmé son intention de démanteler les réseaux de blanchisseur et trafiquant.

Va-tout
Le top départ des descentes sur terrain du Premier ministre Ntsay, était à Vatomandry, où il a inauguré le nouveau commissariat de la ville. Après une parenthèse où il a conduit une réunion sur la décentralisation, à Mahazoarivo, lundi, il a fait une escapade à Tsaratanana, Mandritsara, Andilamena et Besalampy, mercredi, où il était question de sécurité rurale. L’étude de la mise en place d’un Bataillon opérationnel avancé de l’armée, était au menu.

Pour cette semaine, le chef du gouvernement a conclu son road-show, à Moramanga, hier. Il a assisté à une sortie de promotion à l’ESGN. Ces tournées du locataire de Mahazoarivo coïncident avec l’approche des évaluations à mi-parcours de l’équipe gouvernementale. Le team Ntsay a été nommé, le 24 janvier. Bien que Andry Rajoelina, président de la République, ait donné un mandat d’un an aux ministres et à son capitaine d’équipe, sur la base d’un contrat-programme.

Le chef de l’État a, toutefois, souligné qu’il y aurait une évaluation à mi-parcours, après six mois. Une échéance qui approche à grand pas. À cela s’ajoute l’entrée en jeu prochain des nouveaux députés. Un souhait d’activer l’article 54 de la Constitution et présenter un Premier ministre, mais aussi, pousser à une recomposition de l’effectif gouvernemental, couve chez certains éléments de la nouvelle majorité parlementaire.

En marge d’une descente à Ankorondrano-Andrano­mahery, le 4 juin, le Président de la République a confirmé la tenue prochaine d’une évaluation du gouvernement. Avec la perspective de l’installation des nouveaux membres de l’Assem­blée nationale, Andry Rajoe­lina a répliqué à la presse, « voyons d’abord la nomination du Premier ministre et l’évaluation des ministres après ». Des mots qui pourraient ne pas être rassurants pour le chef du gouvernement.
Le remplacement d’un Premier ministre signifie un changement de gouvernement. La reconduction ou pas d’un ministre, de prime abord, dépendrait, ensuite, du résultat de son évaluation. En retrait, voire réduit à un rôle de figuration, depuis plusieurs semaines, Christian Ntsay semble jouer son va-tout, ces derniers jours.
Et pour démontrer qu’il reste l’homme de la situation, il met en avant son engagement dans lutte contre l’insécurité, ainsi que le retour à la probité et l’exemplarité de l’administration. Ses thèmes de prédilection, depuis son entrée à Mahazoarivo.