Accueil » Faits divers » Vol d’un pactole chez l’ancien Premier Ministre – Le verdict attendu à la fin du mois
Faits divers

Vol d’un pactole chez l’ancien Premier Ministre – Le verdict attendu à la fin du mois

Le verdict du procès de mardi de six prévenus impliqués dans la disparition de 800 millions d’ariary chez l’ancien Premier ministre sera connu mardi 31 juillet.

Jugement. Les jurés se sont penchés mardi sur l’affaire de disparition d’un pactole chez l’ancien chef du gouvernement. L’affaire remonte à la fin de l’année 2017 à Ivato. Six individus, dont deux femmes, accusés d’abus de confiance sur un vol d’une somme de 800 000 000 d’ariary, ont été appelés à la barre. Ils ont déjà purgé trois mois et quelques jours de placement sous mandat de dépôt, dont quatre à Antanimora et deux autres à Tsiafahy. À l’issue de l’audience qui s’est tenue dans la salle n°7 du tribunal de première instance (TPI) d’Antanana-rivo, ils ont été reconduits à la prison en attendant la décision qui sera rendue mardi 31 juillet. Figurant parmi ces prévenus un couple dont le mari, garde du corps de la victime, est considéré comme étant l’auteur principal du vol. De source judiciaire, la femme était une domestique de confiance de cet homme d’État, tandis que les autres inculpés sont accusés de complicité.
Selon les dépositions lues par l’un des assesseurs avant une série de questions-réponses aux accusés, le couple a mis d’autres noms en rapport avec lui, mais qui ont été acquittés lors de l’interrogatoire à la police judiciaire.

Flou
Des investigations journalistiques appuyées par des sources judiciaires, auxquelles le Procureur a confié l’enquête, ont révélé que la moitié de cette somme faramineuse prise sur les auteurs avait déjà été soustraite. Or, dans ce nouvel épisode de l’affaire qui faisait polémique en avril, aucun détail n’a pu filtrer au niveau du TPI pour essayer de brouiller les cartes. Le fait que l’inspection générale de la police nationale (IGPN) soit entièrement dessaisie de cette affaire demeure toujours flou.
Le mercredi 21 mars, la victime est venue au camp du colonel Ratsimandrava pour déposer plainte. Le lendemain, le Parquet l’a confirmé par un soit-transmis permettant à la direction de police judiciaire de la gendarmerie d’ouvrir une enquête préliminaire. «Ces 800 000 000 d’ariary sont des fonds spéciaux du Premier ministre pour l’exercice de sa fonction, surtout en cas de besoin urgent en tant que chef d’institution», a communiqué la gendarmerie, le mercredi 2 mai.
Concernant le couple, lequel a déjà été coincé puis relâché par la police, il a été intercepté par la gendarmerie à Manambolosy, district de Mananara Nord, le mardi 3 avril avec des biens tombés du ciel. Des vagues d’arrestations ont ensuite suivi à Antalaha et dans la capitale. Le verdict y afférent sera connu à la fin du mois.

Voarisoa Davidson

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter