Accueil » Actualités » Ankatso – L’artiste Bie Michels discute de l’homme et des objets
Actualités Culture

Ankatso – L’artiste Bie Michels discute de l’homme et des objets

Un atelier qui promet d’être enrichissant pour les artistes. La rencontre avec l’artiste belge Bie Michels, invitée privilégiée ce mois-ci de la plateforme d’échanges et de découvertes culturelles « M’kolosaina » qui égaie le campus universitaire d’Antananarivo, a ravi les artistes présents tout au long de la journée de lundi. De 10h à 17h, un atelier autour de la thématique « La relation de l’homme avec les objets » s’est ainsi illustré dans les locaux du Centre de ressources des arts actuels de Madagascar (Craam), également initiateur de « M’kolosaina ».
Artiste plasticienne et photographe de formation, Bie Michels s’est toujours plu à concevoir des projets artistiques à travers lesquels elle convie le public à remettre en cause les objets et les matériaux en tant qu’œuvres d’art, après que l’homme les ait apprivoisés. À l’occasion de cet atelier, elle invite ainsi les participants à cette rencontre à se questionner autour de cette thématique. « En tant qu’artiste, je contemple et observe la société et mon environnement en général, tout en mettant en avant cette relation complexe que les hommes entretiennent avec les objets qui nous entourent. Je reste constamment intéressée par ces aspects de l’humanité au milieu de cette société grandissante dans laquelle on subsiste », affirme Bie Michels.
Avec les artistes malgaches qui se sont joints à elle, ils vont travailler avec  quelques objets collectés. Ils étaient une bonne dizaine d’artistes plasticiens, illustrateurs et photographes à découvrir cette rencontre. Pendant l’atelier, les objets en question ont été transformés à partir d’improvisation, suivant quelques règles.
Sous la direction de Bie Michels, les participants ont continué à travailler sur les opérations de sorte que les objets sont témoins de ce processus complexe d’interaction. À la fin, des discussions autours des sentiments expérimentés pendant l’atelier, mais aussi de la valeur et de la signification des objets avant et après transformation, ont achevé la journée.

A. P. R.