Accueil » A la une » Toamasina – Six cent cinquante kilos de cocaïne incinérés
A la une Faits divers

Toamasina – Six cent cinquante kilos de cocaïne incinérés

Des centaines de kilos de cocaïne de base ont été incinérées à Toamasina, samedi.

Des centaines de kilos de cocaïne de base ont été incinérées à Toamasina, samedi. « Les drogues ont débarqué par accident à Madagascar », selon le procureur Ladislas Rasamitiana.

ENFIN , une nouvelle de six cent cinquante kilos de cocaïne de base saisis à Toamasina, le 3 novembre 2021. Après presque six mois de silence assourdissant autour de cette affaire, l’ordonnance d’incinération a été exécutée samedi devant les autorités concernées et la presse locale.

« Le retard de cette procédure a été dû au traitement au niveau du tribunal. Le magistrat chargé du dossier était malade et devait se soigner à l’étranger », a-t-on expliqué.

« Il n’y a jamais eu détournement d’objet saisi ou vente illicite. C’est pour cela que nous exposons publiquement toutes les étapes. Les drogues avaient bien été mises sous séquestre et sécurisées », assène le colonel Théodule Ranaivoarison, commandant du groupement de la gendarmerie d’Atsinanana.

Le suivi de cette cocaïne avait suscité beaucoup de réactions ces derniers mois. « Certains commentent qu’elles ne sont plus là, d’autres avancent qu’il ne reste plus que de la farine. Donc, on a appelé des spécialistes de la brigade mobile de surveillance de la douane et ils sont arrivés avec des appareils et chiens détecteurs », déclare le procureur de la République de Toamasina, Ladislas Rasamitiana.

Incident de trajet

Les sacs ont été ouverts devant un huissier. « Nous avons constaté ensemble qu’ils étaient toujours intacts suivant la description effectuée lors de leur mise sous scellé », souligne le procureur.

Un rabatteur a été mis en prison, le 22 novembre 2021. Son coauteur demeure introuvable. Un douanier a bénéficié d’une liberté provisoire. C’est lui qui aurait stocké la cargaison en dehors du port, jusqu’à ce qu’il ait coopéré à l’enquête de la gendarmerie.

« D’après nos renseignements, les drogues n’auraient pas dû arriver jusqu’à Madagascar, mais elles ont débarqué ici par accident. Elles étaient destinées à d’autres endroits. Ne nous inquiétons pas sur ce point », assure le magistrat du parquet Ladislas Rasamitiana. Les substances partaient de Brésil vers l’Europe, mais il y aurait eu incident de trajet, les orientant jusqu’au sol malgache.

La cocaïne brûlée était des produits de base. Un gramme travaillé en laboratoire donne dix grammes de cocaïne pure, selon les explications reçues. La quantité saisie était un record mondial.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter