Accueil » A la une » Électricité et télécoms – Un plan de convergence en projet
A la une Economie

Électricité et télécoms – Un plan de convergence en projet

Le  ministre  Tahina  Razafindramalo,  en  discussion  avec  le ministre de l'énergie.

Les réflexions et les échanges se poursuivent dans le cadre du projet de mutualisation des infrastructures électriques et de télécommunications pour accélérer le développement des deux secteurs.

Des pays africains, comme le Gabon par exemple, utilisent déjà les infrastructures électriques pour fournir des services internet très haut débit. À Madagascar, l’idée de miser sur les équipements et les projets du domaine énergétique pour développer les télécommunications et la filière numérique fait aussi son chemin.

Selon les spécialistes, c’est aussi une opportunité pour la compagnie nationale d’électricité, la Jirama, de générer de nouveaux revenus qui l’aideront à surmonter ses difficultés financières. Selon les informations fournies par le ministère du Développement numérique, de la transformation digitale, des Postes et des Télécommunications, les techniciens de ce département sont déjà en contact avec ceux officiant auprès du ministère en charge de l’Énergie pour mettre ce programme sur orbite. On sait en outre que le ministre Tahina Razafindramalo a déjà eu une rencontre avec son homologue Andry Ramaroson sur cette question.

« Les deux membres du gouvernement se sont vus pour une séance de travail sur la mutualisation des infrastructures des projets d’électrification en cours avec la Banque Mondiale et la Banque Africaine pour le Développement, qui représente approximativement 12000 km pour le transport et la distribution, avec une augmentation de 4000 km de plus en 2023 », a-t-on fait savoir. « Le ministre de l’Énergie a promis de partager le schéma directeur des réseaux pour pouvoir se pencher davantage sur cette question de mutualisation en utilisant notamment les poteaux de la Jirama », a-t-on également rapporté.

Du côté du MEH, on a aussi indiqué qu’un travail de réflexion pour une réforme institutionnelle de la Jirama est en cours, un chantier mis en œuvre avec l’appui de la Banque Mondiale. Et la possibilité d’utiliser le réseau de compagnie nationale pour la mise en place d’une connectivité avec une utilisation interne par le gouvernement, dans un premier temps, fait partie des sujets à l’étude. La vulgarisation de ce système pourrait faire l’objet d’un projet à long terme si la question de gestion des taxes a déjà été abordée.

Réducteur d’inégalité

Alors que l’accès à l’électricité demeure faible et évolue lentement, la pénétration des télécoms a connu une expansion rapide depuis plusieurs années et tend même à rattraper la moyenne mondiale. Ce qui amène les techniciens à soutenir qu’une convergence entre électricité et télécoms sera bénéfique pour les deux secteurs. Si les télécoms sont le symbole du développement et de l’inclusion des populations, le secteur électrique a toujours été vu comme le frein au développement économique du pays, un vecteur d’inégalité entre riches et pauvres, entre urbains et ruraux.

Et d’après toujours ces techniciens, l’espace de collaboration entre ces deux secteurs pourraient amener l’inclusion de la population à des services électriques fiables, ainsi que l’expansion et la diversification des services de télécommunication et numériques. Selon nos informations, les bailleurs de fonds, au premier rang desquels la Banque mondiale, ne seraient pas contre cette initiative de mutualisation des infrastructures.

Dans les zones faiblement ou non connectées aux réseaux, principalement rurales, la convergence des deux secteurs prend principalement deux formes : le minigrid et les solar home system ( SH S ). Le premier concept associé au domaine des télécommunications permet de diminuer le coût de déploiement des réseaux télécoms via l’utilisation d’énergie verte et la densification de la population, ainsi que de créer des revenus complémentaires à travers la fourniture de service électrique (batterie, pompe à eau, TV, accès Internet, réfrigération…) et le développement des services mobiles (m-paiement, mobile banking…).

Les nombreux rapports sur le sujet montrent que les premiers projets pilotes ont affiché des résultats probants, avec un doublement du nombre des activités lors de la première année. Ces mini-grids pourraient ainsi constituer une base de raccordement au réseau de la Jirama dans l’avenir. L’implication des populations locales et la pertinence des projets, soutenus notamment par des financements innovants, seront des facteurs-clés de succès pour ce genre d’initiative.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter