Accueil » Editorial » Diable à trois queues
Editorial

Diable à trois queues

Il ne faut pas confondre vaccination contre la Covid19 avec plusieurs doses et l’injection d’héroïne qui fait fureur actuellement. Certains ont profité du fait qu’il faut deux ou trois doses de vaccin pour être efficace contre la Covid-19 pour abuser de la drogue jusqu’à l’overdose.

On s’étonne du fait qu’on a mis six mois pour incinérer les 650 kg de cocaine saisis à Toamasina en novembre 2021. Au départ la police avait compté 20 sacs mais lors de l’incinération samedi, il en restait dix-huit.

Madagascar est devenu aujourd’hui une plaque tournante du trafic de drogue. Le gouvernement a eu tort de dissoudre la Commission interministérielle de coordination de la lutte contre la drogue. Une décision prise par le conseil du gouvernement du 12 février 2020. Deux ans après les faits sont contre cette décision avec cette vague de trafic et ces histoires d’enlèvements où les victimes semblent avoir été droguees. Depuis la dissolution de cette commission, aucune entité ne l’a remplacé pour exercer le contrôle des stupéfiants. Même au niveau de la douane, des brèches existent sinon comment peut-on importer six cent cinquante kilos de cocaine. Certes, on dit que la drogue a été mélangée avec du sucre mais, l’arnaque aurait dû être détectée depuis le départ de la marchandise à l’étranger.

Outre des frontières plus ou moins perméables, les peines encourues par les trafiquants de drogues semblent insignifiantes contrairement à celles de certains pays comme Maurice ou l’Indonésie où les coupables risquent la peine capitale au mieux la réclusion à perpétuité.

Pire, la police a beau arrêter des petits ou grands trafiquants, on n’a jamais entendu la tenue de procès contre ceux-ci encore moins des peines exemplaires. La police annonce souvent l’arrestation de trafiquants africains mais l’affaire n’a jamais eu de suite au niveau du tribunal.

Dans le passé, il y avait une brigade des stup au niveau de la police. Cela fait longtemps qu’on n’a plus entendu parler d’elle.

La drogue est réellement un fléau qui détruit la jeunesse. Il faut mettre tous les moyens pour juguler sa propagation à travers des peines exemplaires. S’il y deux choses qui méritent un changement du code pénal, c’est sans le moindre doute le trafic de drogue et le viol dans tous ses aspects. On se demande pourquoi le gouvernement ne fait pas un projet de loi dans ce sens. De même, aucun député ne juge nécessaire une telle démarche a travers une proposition de loi pour juguler le mal. Mais comme tout est urgent, la priorité est certainement la hausse des prix, le délestage, l’insécurité, la santé… On ne sait plus par quelle queue prendre le diable.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter