Faits divers

Casses de caveaux – Six pillards placés à Tsiafahy

Les pillages de sépultures sont surtout concentrés dans les périphéries Est et Nord de la capitale

Une bande de pilleurs de sépultures a été mise hors d’état de nuire. Leurs aveux ont révélé que des casses de caveaux commises dans les périphéries de Tana seraient leurs œuvres.

Du fil à retordre pour des pilleurs de caveaux. Traduits devant le parquet près le tribunal de première instance à Antananarivo avant-hier, sept suspects ont été placés en détention préventive. Six des prévenus ont été incarcérés à la maison de force de Tsiafahy et une femme, mise dans le même sac qu’eux a été pour sa part jetée en prison à la maison centrale d’Antanimora.

De source auprès de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale de l’Imerina centrale, les aveux des prévenus ont révélé que des violations de sépultures dans les communes et districts périphériques du centre ville figurent sur leur tableau de chasse. Des cambriolages de caveaux à Manjakandrina, Andriapamaky, Talata Volonondry Ambohimanga Rova Nord, Antsefahy, Andoharanofotsy, Ankadi-voribe, Ambohibary ainsi qu’Antsirabe sont mis sur leur compte.

Cette association de malfaiteurs qui vient d’être démantelée par les forces de la gendarmerie était insaisissable pendant des années. Ils ont monté un business noir tournant à plein régime sans que les victimes ou les autorités ne s’en aperçoivent. Les tombeaux dévalisés dans les zones mentionnées, puis signalés à la gendarmerie constituent les seules traces de leur passage.

Arsenal de brigandage
La bande opérait en pleine nuit à Ambohibary Manjakan-driana lorsque leur acte a été pris de court. Lundi soir aux alentours de 20 heures, deux membres de cette meute de pilleurs rôdaient autour d’un caveau lorsque des riverains les ont signalés à la brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Manjakan-driana. D’emblée, des gendarmes ont été envoyés sur les lieux. En se retrouvant nez-à-nez avec les éléments d’intervention, le duo a tenté de détaler. Les deux pillards ont essayé de mettre la main sur des armes blanches dissimulées sur leurs corps mais les gendarmes lancés à leurs trousses les ont très vite appréhendés. En les fouillant, ces derniers ont retrouvé des outils de brigandage. Lors des perquisitions effectuées aux domiciles des suspects, les enquêteurs ont découvert des barres à pinces, des barres à mine ainsi que du grigri et autres matériels compromettants.

Soumis au feu roulant des questions, les deux lascars ont dénoncé un de leurs complices. Entre temps, un double cambriolage de caveaux a été signalé. L’arrestation des trois premiers suspects a permis de remonter de fil en aiguille jusqu’à deux autres individus incriminés dans la même affaire, ce qui a porté à cinq le nombre de personnes arrêtées. En poussant leurs investigations plus loin, les limiers sont parvenus à délier les langues des cinq suspects pris dans le filet pour coincer les deux derniers membres de l’association de malfaiteurs qui couraient toujours dans la nature.