Faits divers

Attaque à main armée – Un bandit rôde à Anosy après le hold-up

Un des criminels a été chassé du côté d’Anosy, dès le lendemain de l’attaque.

Une famille victime d’un braquage chez elle, à Ambohimanarina, le 7 juin, a remarqué le lendemain un de ses assaillants, à Anosy, et a prévenu la police.

Pris en chasse. Un criminel a été aperçu, à Anosy, et attrapé dans les mailles du filet de la police, le lendemain d’un braquage qu’il a perpétré avec trois coauteurs équipés d’une arme de guerre kalachnikov, d’un pistolet automatique et de sabres. L’acte a été signalé dans la nuit de vendredi 7 juin, à Ambohimanarina, ciblant des particuliers.

Fouillé, cet assaillant interpellé avait encore dans son sac à dos un couteau, lui servant au vol à main armée. Après avoir été mis en examen et déféré au Parquet, près du tribunal de première instance d’Antananarivo, il a directement été conduit à la maison de force de Tsiafahy, où il croupit jusqu’au jour de son procès.

Hors de portée
Pendant son arrestation, il portait encore les mêmes vêtements qu’au moment du crime. De plus, la famille victime s’est très bien souvenue de lui. En fait, tous les quatre n’ont pas pris soin de dissimuler leur visage sous une cagoule pour passer à l’action.
Le 7 juin, il était à peu près 20 heures, quand les hommes de la brigade criminelle de cinquième section (BC5), assurant le tour de permanence, ont été appelés par la police du commissariat d’Ambohimanarina à intervenir dans ce hold-up. Or, les malfaiteurs étaient déjà hors de portée à leur arrivée sur place. Ils ont réussi à prendre le large sans attirer l’attention des riverains qui auraient su leur direction dans leur fuite.

« Ils se faisaient remettre des sommes en espèces s’élevant à sept millions d’ariary, six portables et une radio chez la famille qui n’a pu opposer aucune résistance sous la menace de leurs armes, au moment des faits », relate la Police nationale.
Une fois sur les lieux, les éléments de la BC5 ont procédé à l’audition des membres de la famille afin de recueillir leurs témoignages et de savoir surtout les préjudices. Fort heureusement, personne n’a été blessée au cours de cette scène de terreur et de
violence qu’elle a vécue.

Actuellement, les policiers sont toujours à la trousse des trois autres braqueurs dont le plaignant se rappelle bel et bien, comme celui déjà placé sous mandat de dépôt à Tsiafahy.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter