A la une Politique

Legislatives – Des candidats sulfureux dans les startings blocks

L’ambiance électorale bat son plein.

Les comités de soutien se mobilisent pour le compte de candidats aux dossiers troubles. Tous les moyens sont exploités pour garder la visibilité sur la sphère politique. 

La campagne électorale est enclenchée. Les candidats incarcérés mobilisent leur comité de soutien pour animer l’ambiance électorale. « L’objectif est de se rapprocher des électeurs d’une part, et de raviver l’ambition du candidat d’apporter sa part de responsabilité dans la circonscription électorale d’autre part », explique un partisan d’un candidat à Fandriana qui est actuellement dans l’impossibilité de se présenter à la propagande.
L’affaire judiciaire qui implique un tel candidat ne remet pas en cause son cas pendant les législatives du 27 mai. C’est ainsi que l’Observatoire de la vie publique Sefafi a apporté son point de vue par rapport à cette situation. « Et le fait d’être incarcéré en attente de jugement n’empêche pas certains individus de rester candidats aux élections législatives, sous prétexte que leur nom ne puisse pas être retiré de la liste officielle des candidats, publiée par la Ceni », indique un communiqué. Les candidats jouissent de leur droit dans les législatives du fait qu’aucune décision de condamnation n’a été infligée à leur encontre, a fait savoir la Ceni.
Les candidats en lice pour les législatives du 27 mai entrent dans la deuxième semaine de la campagne électorale. Les comités de soutien exploitent tous les moyens possibles pour acquérir le maximum de visibilité de leur candidat. Les partisans utilisent des supports de communication pour séduire les électeurs.

Propagande
À Mahabo, la présence d’un candidat, récemment placé en mandat de dépôt, par l’intermédiaire des affichages attire l’intention des citoyens. « On ne s’attendait pas à ce que l’image de ce politicien refait surface pendant la propagande », explique une source locale.
Plusieurs personnalités qui se portent candidats aux législatives ont été épinglées dans des dossiers délicats tout au début du processus électoral. Malgré la situation, leurs noms n’ont pas été retirés de la liste officielle de la Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni). Aucun privilège n’a été conféré en leur faveur pour assister au coup d’envoi de la campagne électorale. Mais dans le but de poursuivre la détermination de briguer un mandat à l’Assemblée nationale, la participation dans les activités électorales tient toujours.
Les jeux politiques s’invitent en cette période de campagne électorale. Une semaine s’est déjà écoulée. Un bref bilan est adopté après l’entrée en scène des acteurs politiques. La bataille s’annonce rude au niveau des partants. Huit cent trois candidats sont inscrits sur la liste officielle de la Commission Electorale Nationale Indépendante pour décrocher les cent cinquante-et-un sièges à l’Assemblée nationale.
Mais il semble que les partants pour la course vers Tsimbazaza n’ont pas tous pris le même départ.

 

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Tout les moyen sont bon tend que sa respecte les règle ainsi que les normes!! Que le défit continue et le meilleurs gagne!! Et chacun veille à ce que de sa part sa passe bien !! En tout cas même s’il y a de candidat venu de nul part une surprise que sa photo apparue on veut des députés qui sait vraiment ce que c’est et quel travail lui attend ! Pas d’égoïsme pas de dictature !