Politique

Des comptes de campagne minimal à près de cent millions ariary

Les dépenses affectées aux législatives ne se sont pas limitées au paiement de la caution de cinq millions ariary dès la constitution des dossiers de candidatures. Les mobilisations pendant le processus électoral requièrent des sommes faramineuses. Concernant les préparatifs, notamment pour la campagne électorale, des candidats se concentrent sur le renforcement de leur communication. Les commandes ont augmenté depuis le mois de mars chez les sociétés de fabrication des articles de propagande. « Chez nous, un candidat dépense au moins quinze millions ariary uniquement pour les affichages, les flyers et les banderoles. Les T-shirt et d’autres articles ne sont pas compris », explique une gérante d’une petite entreprise de confection.
En réalité, cette valeur ne peut couvrir qu’une petite partie de circonscription vu le nombre des affichages imprimés. Le coût d’impression d’un affichage varie entre six cent à mille deux cent ariary. La couverture des circonscriptions électorales pour une vingtaine de communes, avec une cinquantaine de fokontany, prévoit autant de budget si le candidat veut renforcer sa visibilité. La coutume électorale ne peut échapper à la distribution de T-shirt dont la fabrication d’une pièce allant de quatre mille cinq cent ariary à cinq mille ariary selon la quantité commandée.

Dépenses
Cela ne concerne que les accessoires. Les dépenses de grandes envergures telles que la location de véhicules et d’autres moyens sophistiqués souvent mis à la
disposition des candidats fortunés comme l’hélicoptère ne sont pas encore pris en compte dans ces calculs. Mais concernant les dépenses très basiques, pour ces législatives, les candidats sont tenus de désigner les délégués dans les bureaux de vote durant le jour du scrutin. Eux aussi sont censés être rémunérés. Dans le district d’Antananarivo Atsimondrano, environ deux cent bureaux de vote sont disponibles dans les vingt-six Communes. « Notre stratégie s’est basée sur la mobilisation des membres dans l’association pour assurer toutes les activités », explique Jean Ignace Randrianirina, candidat indépendant dans cette circonscription.
La transparence en matière de financement de campagne a été soulevée par les observateurs européens dans le rapport final établi sur l’élection présidentielle. Malgré l’imperfection de la loi en la matière, la sobriété en matière de dépenses électorales reste un idéal à atteindre pendant les élections. Face aux dépenses très élevées, la société civile a invité les candidats à apporter plus d éclaircissements concernant le budget alloué à leur campagne. La politique reste une affaire des gens fortunés.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Mais d’après moi je ne vois à aucun inconvénient si sa dépense ou gaspille trop de pif tend que ce n’est pas un argent sale et argent de mon père !! Si c’est à lui et il là gagner avec des affaires propre bien tans pis c’est lui qui là envie de gaspiller! On soutienne tout simplement celui ou celle qu’on sait bien qu’il va faire l’affaire et ne perd rien ! Par exemple les candidats MAPAR vu qu’ils sont avec Notre président voter pour eux sa serais mieux !