Accueil » Social » Développement – La formation agricole et rurale à améliorer
Social

Développement – La formation agricole et rurale à améliorer

Les formations en agriculture et élevage seront renforcées. La signature d’une convention entre le ministère de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle (METFP) et le réseau des acteurs de la Formation agricole et rurale (FARMADA), qui s’est déroulé à l’Hôtel le Pavé hier, mise sur l’amélioration de la qualité de l’offre de la formation agricole et rurale dans plusieurs régions du pays. « On a constaté que la formation professionnelle en matière d’élevage et d’agriculture a été délaissé. D’où l’initiative d’améliorer la formation des jeunes dans ce milieu. La collaboration entre le ministère et le FARMADA est une continuité des actions à entreprendre afin d’améliorer la qualité de la formation. On sait qu’il faut améliorer la qualité des formations dispensées auprès des jeunes et des paysans pour aboutir au développement rural et économique», indique Vavitsara Gabriella Rahantanirina, ministre de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle.

Sur cent vingt-quatre centres de formation qui sont membres du FARMADA, 90% d’entre eux, et qui sont des centres de formation privés, n’ont pas l’accréditation nécessaire. Ce qui influe sur la qualité de la production au niveau rural. « La première action consiste à améliorer la qualité en matière de formation. Sur cette lancée, il s’agit en premier lieu de l’agrément des centres de formation. Ainsi les centres de formation privés pourront être régularisés en plus de délivrer des certificats et des diplômes agréés par l’Etat. Cinquante-deux centres seront bénéficiaires de cette amélioration. Une extension sur l’appui sera effectuée sur d’autres centres au niveau d’autres régions », explique Serge Merison, président de l’Association. Un label sera doté aux formateurs des vingt-huit centres. Mis à part cet appui d’amélioration en matière de qualité de la formation agricole et rurale, la valorisation des acquis de l’expérience des formateurs sera privilégiée. « Nous constatons que des paysans et des agriculteurs ont déjà les expériences nécessaires pour travailler. Cinquante agriculteurs seront bénéficiaires de cette VAE », enchaîne le président.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter