Culture

Culture et développement – Promouvoir le patrimoine avec le journalisme

L’AFCD a tenu à partager ses connaissances avec les journalistes le temps d’un atelier.

À l’initiative de l’Association des femmes pour la culture et le développement (AFCD), un atelier de partage avec les journalistes culturels s’est tenu à Andraharo.

Une conférence, qui s’est surtout affirmée comme une séance de partage exclusif entre les journalistes et des actrices pour la promotion du patrimoine malgache. La mise en valeur de nos richesses culturelles et naturelles ont été particulièrement mises en avant. Actuellement, le patrimoine national, culturel et naturel du pays se caractérise comme étant une richesse inestimable. Que ce soit pour nous, mais surtout pour les générations à venir, il importe de le mettre en valeur tout en le préservant comme il se doit, et ce suivant les directives, ainsi que la charte de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

Pour ce faire, le journalisme compte parmi les atouts et outil principal qui se doit d’être au service de cette noble cause. C’est ainsi que l’Association des femmes pour la Culture et le Développement (AFCD) décide d’organiser pour la journée du 10 avril, un atelier d’initiation exclusive aux journalistes de la capitale au b-a.ba du patrimoine national, culturel et naturel. Rendez-vous était alors donné dans les locaux du Système des Nations Unies au Galaxy Andraharo. Un atelier qui s’est également tenu sous la tutelle du ministère de la Communication et de la Culture, en collaboration avec l’Ordre des Journalistes de Madagascar.

Un devoir à entreprendre
« Les crimes perpétués dans le domaine du patrimoine national et l’incompréhension culturelle constituent une source de tension non négligeable. Pour prévenir ces tensions, le journalisme et les journalistes se doivent de maîtriser pleinement le sujet, d’où l’essence même de cet atelier », affirme Rintsamahefa Rabemanan­tsoa, présidente de l’AFCD. Avec le pouvoir d’information des médias, on pourrait changer cette situation au pays et donner la place qui lui est due au patrimoine commun. Ils étaient ainsi plus d’une vingtaine de journalistes, de la presse écrite, de la presse en ligne et de l’audiovisuel à avoir répondu présents pour l’occasion. Des échanges ont été faits autour des pratiques journalistiques à entreprendre dans le cadre d’une couverture médiatique sur les patrimoines. Prenant les allures d’un renforcement de capacité de la part de l’AFCD pour les journalistes donc, l’atelier s’est présenté comme enrichissante.

Rintsamahefa Rabemanan­tsoa de rajouter lors de son intervention « Il importe surtout pour les journalistes de maîtriser le lexique spécifique au domaine du patrimoine et aussi de renforcer l’importance du rôle de la culture et du patrimoine pour qu’ils transmettent à leur tour ce message au grand public ». De ce fait, les journalistes enrichissent leur vocabulaire autant en malgache qu’en français sur le domaine du patrimoine naturel et culturel. De même, pour qu’ils puissent s’approprier de l’importance du rôle que le patrimoine joue dans le processus de développement, tout en informant et sensibilisant les autorités, ainsi que le public sur l’importance du patrimoine et de sa préservation.