Accueil » A la une » Imerintsiatosika – Le projet Tana-Masoandro bien accueilli
A la une Politique

Imerintsiatosika – Le projet Tana-Masoandro bien accueilli

Six  fokontany  à  Imerintsiatosika  sont  touchés  par  le  projet Tanà-Masoandro.

La commune d’Imerintsiatosika est choisie par les autorités pour implanter le projet présidentiel Nouvelle ville de l’Ouest. La population locale est au courant de sa construction.

Un grand projet. C’est la perception de la population d’Imerintsiatosika de la Nouvelle ville de l’Ouest qui sera construite sur un vaste terrain situé à deux kilomètres du chef-lieu de la commune.

Depuis la descente des responsables étatiques qui ont avisé les habitants que le site du Régiment d’artillerie lourde et les périmètres environnants sont destinés à la construction du projet Tana Masoandro, tout le monde est informé du développement qui attend la commune et la région, en général. « Nous ne sommes pas contre le projet. Mais il nous faut des informations suffisantes pour éclaircir les démarches à suivre, notamment dans le domaine foncier », explique Evasoa Rakotoarivelo, pépiniériste et habitant à Ambohitrantenaina.

La future construction sera installée sur le terrain de reboisement encore couverte de jeunes plants d’arbres. Le lieu est moins peuplé. Des maisons d’habitation sont aperçues sur la colline, mais l’endroit est déjà une propriété privée. L’implan­tation de Tana-Masoandro sur le site ne pose aucun problème pour la population. Contrairement à Ambohi­trimanjaka. Si des vagues de contestation ont été entendues sur le premier choix du gouvernement, la population d’Imerintsiatosika est, pour sa part, curieuse de découvrir le changement qu’apportera le projet.

Pour le moment, ce qui la préoccupe, c’est la forme de négociation sur l’expropriation des terrains privés intégrés dans la délimitation de la zone d’aménagement différé. « Nous voulons être rassurés. Si l’État va entamer les travaux, va-t-il nous déplacer vers un autre lieu ? Nous ne voulons pas être surpris par la décision à appliquer », craint un père de famille.

Réunions préliminaires

Des enquêteurs viennent régulièrement visiter le site. Ces agents sont chargés de mener les négociations individuelles avec les propriétaires des parcelles touchées par le projet. « L’aval ou le refus de l’expropriation serait discuté, mais il faut noter que l’enquête ne vise pas à obliger les gens à accepter l’offre », précise le maire d’Imerin­- tsiatosika, Parisoa Andriam­- bolamasoandro. Et l’élu de la commune d’expliquer que « le projet Tana-Masoandro s’étendra sur une superficie de 900 hectares. Tandis que le domaine foncier de l’État disponible ne présente que 400 hectares ». L’expropriation est ainsi nécessaire pour obtenir la totalité de la superficie indispensable.

Des réunions préliminaires ont eu lieu avec les six fokontany concernés, à savoir Ambohitrantenaina, Fonenana, Morarano Nord, Ambohitsaratelo, Fiantsonana et Ankazondandy. La présentation du projet a été au centre des échanges avec les habitants. Après la rencontre, il a été conseillé aux propriétaires de dresser leurs doléances pour qu’ils puissent exprimer librement leur opinion afin d’éviter les ma­l entendus dus aux rumeurs qui circulent ici et là, a-t-on appris. Les concernés n’ont pas caché leur inquiétude de voir leurs terres affectées au projet. De ce fait, « des doléances de deux cents pages et des documents fonciers de deux cartons ont été collectés », ajoute le maire Parisoa Andriambolamasoandro.

À la lecture des doléances de la population, « la plupart souhaitent que le projet soit construit uniquement sur le terrain domanial pour ne pas toucher les propriétés privées. Mais en général, aucune contestation contre l’initiative de l’État n’est enregistrée» poursuit-il.

Jusqu’à présent, aucune négociation sur l’évaluation de l’indemnisation des personnes à exproprier n’a commencé du fait que les études d’impact environnemental viennent à peine de débuter. L’indemnisation sera étudiée par la commission administrative d’évaluation.

La construction du fly over à l’étude

Les maires des communes concernées par la Nouvelle ville de l’OuestImerintsiatosika, Ambatomirahavavy, Alakamisy, Fiombonana, Ankadimanga et Antananarivo-Renivohitra- se sont réunis au ministère de l’Aménagement du Territoire à Anosy, hier. La discussion sur la construction du fly over destiné à relier TanaMasoandro à la capitale a été au centre des discussions. Ces élus ont été informés de la présence du projet. Le projet présidentiel est conçu pour assurer la fluidité de la circulation entre Antananarivo et le futur site abritant les bâtiments administratifs soit 26 kilomètres. La mise en place des infrastructures routières est donc priorisée dans ce sens.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter