Actualités Social

Bilan – Enawo laisse un lourd bilan

C’est l’heure des comptes et le bilan est lourd. Le BNGRC a enregistré 50 morts et ne centaine deblessés après le passage du cyclone Enawo

D’après le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), 50 morts ont été enregistrés suite au passage du cyclone Enawo depuis vendredi. En tout, 20 personnes  sont portées disparues, 176 084 sinistrés repérés dont 110 693 déplacés, 65 331  sans abris recueillis dans des sites d’hébergement. Les  décès sont, pour la plupart, causés par des éboulements de terrain ou  par les courants d’eau. De même, dans le disctrict de Vatomandry, dix-sept personnes ont succombé suite à des éboulements de terrain. La région d’Analamanga enregistre cinq morts dont un mort dans le district d’Ambohidratrimo, un mort à Manjakandriana et trois morts à Soavinandriana. Les autres décès sont survenus dans les régions d’Analanjirofo, Sava, Alaotra Mangoro, Sofia, Vatovavy Fitovinany, Amoron’i Mania, Atsinanana, Atsimo Atsinanana et Diana.

Assistance aux urgences

Plus de 450 tonnes de vivres ont été distribués par le PAM dans tout Madagascar, depuis le 08 mars, dont 100 tonnes ont été reparties aux 20 000 personnes déplacées à Antananarivo. Sept tonnes de vivres ont été remis aux sinistrés regroupés sur le site d’hébergement d’Ankorondrano, samedi dernier. Ceci concernait 273 familles issues des fokontany d’Ankorondrano Andranomahery, d’Ankorondrano Atsinananana et d’Ankazomanga  Andraharo. Chaque famille a reçu 20 kg de riz, 1,75 litre d’huile et 3 kg de légumineuses.  Ces actions menées depuis le 08 mars marquent le leadership national selon Violet Kakyomya, représentant du Système des nations unies à Madagascar, dans son discours à Ankorondrano. Elle a tenu à féliciter l’État malgache et a souligné qu’il est important de soutenir l’État malgache dans un cas comme celui-ci. Une équipe de la SNU s’est déjà rendue dans le Sud pour venir en aide à la population.

Par ailleurs, quelques sinistrés d’Ankorondrano se plaignent du manque de transparence sur la distribution des vivres sur le site d’hébergement, lors d’un entretien avec eux, samedi. « Il n’y a pas assez de nourritures sur le site, or ceux qui jouent le rôle de médiateur dans la distribution des dons ne prennent pas leurs responsabilités », affirment quelques jeunes mères de famille vivant sur ce site. Face à cela, le BNGRC insiste pour qu’il y ait des vérifications quant à la répartition des vivres. « Chacun a ses responsabilités, mais nous faisons confiance aux chefs de région, aux chefs districts, maires ainsi qu’aux chefs fokontany, dans la distribution de ces vivres. Notre responsabilité est de coordonner les opérations face aux urgences. S’il y des personnes qui se plaignent de ne pas avoir reçu les aides, il faut  faire le nécessaire pour pallier à cela », affirme Thierry Venty, secrétaire exécutif du BNGRC. Selon le communiqué du PAM, 30 tonnes de biscuits énergétiques sont prévues arriver de Dubaï, les prochains jours, par vol humanitaire affrété.  Ces vivres sont destinés aux régions Nord-Est et Est du pays. L’équipe du PAM cherche encore les moyens pour acheminer ces vivres par voie aérienne, dans les différentes localités.

Mamisoa Antonia

Tags