Accueil » A la une » Journée des officiers – L’intégrité et exemplarité recommandées
A la une Politique

Journée des officiers – L’intégrité et exemplarité recommandées

Le président de la République a fait quelques pompes.

Exemplarité, intégrité et droiture. Ce sont les qualités requises par Andry Rajoelina, président de la République, des officiers des Forces armées. Une requête qui sonne comme une consigne, voire un ordre de la part du Chef suprême des armées, qu’il a formulée durant la célébration de la journée des officiers, hier, au camp du Régiment de la garde présidentielle (RGP ), à Iavoloha.

Le locataire d’Iavoloha a lancé la mobilisation générale à l’encontre de ses collaborateurs et des responsables «à tous les niveaux», des chefs Fokontany jusqu’au sommet de l’État, pour que cette année 2022 soit l’année de la concrétisation de ses engagements. Une mobilisation générale qui s’applique aussi aux Forces armées, à entendre la courte allocution qu’il a prononcée au camp du RGP, hier.

«Cette année sera celle où nous allons réaffirmer le sacerdoce que nous avons fait envers le pays. Particulièrement, vous les officiers, démontrez cet engagement dans l’accomplissement de votre devoir, des responsabilités qui vous incombent suivant votre : Pour la patrie», a déclaré le président de la République. Rappelant que les Forces armées, notamment ses officiers, sont les derniers remparts de la souveraineté de l’État, il ajoute, «cela requiert un comportement exemplaire, de l’intégrité et de la droiture dans l’accomplissement de vos responsabilités».

Cash et franc

Andry Rajoelina requiert également «la solidarité et la cohésion» entre tous les officiers. Dans l’histoire du pays, les Forces armées et les Forces de défense et de sécurité (FDS), dans l’ensemble, ont toujours été au cœur des enjeux de stabilité du pays. Ce sera à nouveau le cas à l’approche des élections prévues en 2023, surtout la présidentielle. Depuis quelques mois déjà, alors que l’arène politique commence à s’électriser, les acteurs politiques d’opposition martèlent les appels du pied aux FDS.

Fait singulier, les trois représentants des FDS au sein du gouvernement ont pris part à la cérémonie marquant la journée des officiers, à Iavoloha, hier. Le ministre de la Défense nationale, le ministre de la Sécurité publique et le secrétaire d’État à la gendarmerie nationale, bien que convalescent et s’appuyant toujours sur ses béquilles, étaient de la partie. Après avoir échangé avec les journalistes présents sur son état de santé, sur la posture qu’adopteront les FDS face à l’atmosphère politique pré-électorale qui s’annonce tendue.

Toujours cash et franc, le général Serge Gellé, secrétaire d’État à la gendarmerie nationale, a annoncé la couleur. «J’engage ma responsabilité et je pense que mes aînés vont encore s’exprimer sur le sujet, mais nous ne permettrons plus qu’il y ait des troubles dans le pays. Laissons le pouvoir travailler. Il appartient à tout le monde, à ceux qui l’ont élu ou ceux qui n’ont pas voté pour lui. C’est cela la discipline. Nous, les FDS, serons toujours les derniers remparts, qu’importe qui est au pouvoir. Notre mission sera toujours de préserver la paix et la sécurité», déclare le membre du gouvernement.

Récemment promu général de corps d’armée, le secrétaire d’État à la gendarmerie nationale assène, «quiconque, qui qu’il soit, d’où qu’il vienne, tente d’empêcher la structure démocratiquement élue de travailler, sera considéré comme un ennemi de la nation».

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter