Accueil » Social » Impact de la crise sanitaire – La galère d’Eva et sa famille
Social

Impact de la crise sanitaire – La galère d’Eva et sa famille

Le directeur du Bureau de pays de l'OIT, Coffi Agossou, lors de la présentation des résultats de l'enquête sur les impacts de la Covid sur l'emploi.

L’épidémie de coronavirus a généré des pertes d’emploi dans tous les secteurs. Une famille victime qui peine à survivre, se reconvertit professionnellement.

EVA et sa famille sont victimes de la crise sanitaire de la Covid-19. Le chef de famille a perdu son emploi au début du confinement. Il a été conseiller clientèle dans une boîte de call center. Dix mois après, la famille est toujours sans sources de revenu fixe. Eva, commerciale de formation, a décidé de chercher un travail de femme de ménage pour permettre à sa famille de survivre. « Il est plus facile de trouver un travail de femmes de ménage. Et je suis sûre que je peux assurer convenablement ce métier, car je suis moi-même une mère de famille », indique cette femme de 29 ans, pour expliquer la raison qui l’a poussée à se reconvertir dans ce travail.

Ancienne commerciale dans une entreprise pneumatique, Eva n’a aucune ambition. Trouver un emploi est tout ce qui compte pour elle. « Pour le moment, je suis concentrée sur la recherche d’emploi », indique-t-elle. La famille n’a presque plus rien. Elle a vendu une grande partie de ses biens : table à manger, armoire, table basse, poste télévision, salon, pour soigner leur deuxième enfant, atteint par un problème d’allergie. Le couple a tenté divers boulots, entre temps : vente en ligne de jeux de société, livraison, il a même installé une mini-gargote. Tous n’auraient pas fonctionné.

Résultats

Le cas de la famille d’Eva n’est pas isolé. La crise sanitaire a provoqué des pertes d’emplois sur l’ensemble des branches de l’économie, et le secteur informel n’a pas été épargné, selon les résultats de l’enquête sur l’« Emploi et la Covid-19 à Madagascar », réalisée par l’Institut national de la Statistique (Instat) et avec l’appui de l’Organisation international du travail (OIT), en août et en novembre, auprès de huit mille individus en âge de travailler dans des ménages urbains et ruraux. « On a remarqué une baisse des revenus dans les ménages, une hausse de l’inactivité et une hausse de la pauvreté », affirme Coffi Agossou, directeur du Bureau de pays de l’OIT pour Madagascar. L’Emploi doit être au centre de la politique de relance économique postCovid. « Nous recommandons à ce que les responsables étatiques prennent en considération cette baisse et continuent de s’investir à l’emploi pour les mois à venir, voire au delà de 2021 », rajoute Coffi Agossou.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi