Faits divers Régions

Vohipeno – Deux cents habitations calcinées

Des constructions ont dû être démolies pour venir  à bout de l’incendie.

Un court-circuit a provoqué un violent incendie à Isalo Vohipeno. L’embrasement a duré trois heures et plus d’un millier de personnes se retrouvent sans abri.

L’incendie a fait rage à Isalo Vohipeno. Deux cent trente-cinq habitations sont parties en fumée et mille cent quinze sinistrés sont répertoriés. Ce sinistre s’est produit hier après-midi. Un court-circuit est à l’origine de l’embrasement, de source auprès de la brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Vohipeno. L’incendie s’est déclaré par un temps sec. Des rafales de vent qui se sont abattus sur le chef-lieu de district de Vohipeno ont donné à l’incendie une ampleur effrayante. Les flammes se sont répandues à une vitesse folle. Au bout de trois heures, la fournaise a quasiment rasé le village d’Isalo, dans le quartier de Vohipeno centre. Avec les moyens du bord, les personnes sinistrées, le fokonolona, ainsi que les forces de gendarmerie ont livré bataille contre l’incendie. Les victimes ont tout perdu dans leurs maisons. 

Dans la précipitation, elles n’ont presque rien pu sauver. Pour la plupart, seuls les vêtements qu’elles portaient encore sur elles ont été épargnés. Le feu a dévasté deux cent habitations. En revanche, les trente-cinq restantes ont dû être démolies pour freiner la progression des flammes.

Appui militaire
Les villageois étaient déjà venus à bout des flammes lorsque des militaires sont venus à la rescousse depuis Manakara pour leur prêter main forte. Ils ont éteint les derniers brasiers, trois heures plus tard, aux alentours de 15 heures.

Aucun mort ni blessé n’est signalé, de source auprès de la gendarmerie nationale. Les premières aides sont parvenues sur place hier après-midi. La préfecture, la région, ainsi que la communauté religieuse locale ont apporté aux sinistrés, vivres et ustensiles de cuisine. D’autres provisions et matériaux de construction sont attendus. Les maisons réduites en cendres sont en feuilles de tôle et en matières locales. Les personnes qui ont perdu leurs biens dans cet embrasement sont accueillies provisoirement par des proches et amis résidant dans les parages, dont le quartier d’Ambohimana­rivo. D’après les informations communiquées, bon nombre des familles sinistrées ont des foyers dans les parages. Certaines des constructions parties en fumée seraient, en quelque sorte, des habitations secondaires.

Ce n’est pas la première fois que le village d’Isalo est dévasté par un pareil incendie. En 2005, des flammes violentes ayant déferlé sur les habitations ont quasiment décimé le village.