Culture

AFT – Solika entame l’année sur les chapeaux de roue

La troupe Solika s’apprête à conquérir la scène de l’AFT Andavamamba avec les chants de l’Imerina.

Des retrouvailles chaleureuses et sublimées d’une bonne dose de poésie de la part de la mythique troupe Solika, qui honore depuis plus de trois décennies maintenant l’opéra malgache traditionnel. C’est ainsi que s’annonce le concert qui égayera la scène de l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) Andavamamba ce 2 février à 15h.

Perpétuant avec grâce et savoir-faire une tradition lyrique et mélodieuse qui égaye la ville des Mille depuis les années 40, tout en enchantant plusieurs générations, Solika pour « Solofo lian-kanto » entame ainsi cette nouvelle année avec entrain et dynamisme. Inaugurant même la saison culturelle de cette illustre institution qu’est l’AFT Andavamamba, la troupe nous convie à jouir d’un concert jovial et un brin théâtral pour l’occasion. Reprenant avec grâce et maîtrise les compositions intemporelles des fameux Naka Rabemanantsoa et Justin Rajoro pour n’en citer qu’eux, Solika nous invite à entreprendre un voyage musical dans le temps à ses côtés. Comme il est de coutume, l’amour sera particulièrement mis en avant à travers chaque chanson. Du romantisme le plus passionnant au patriotisme engagé, Solika promet de raviver surtout notre amour pour nos valeurs ancestrales.

Fidèle à elle-même, la troupe Solika et ses talentueux membres, une trentaine environs, réjouiront ainsi les mélomanes de tous horizons qui se joindront à ce concert. De plus, au bout de trois décennies, la troupe n’a cessé de se refaire une jeunesse pour mieux conquérir le public, mais surtout pour inspirer la jeune génération à valoriser nos traditions. Les chants de l’Imerina retracent une grande partie de l’histoire du pays, s’affirmant même comme un véritable patrimoine culturel en soi que les membres de la troupe se plaisent à fredonner. C’est au sein de la fabuleuse Association théâtrale et artistique de l’université de Madagascar (Ataum), alors fondé à l’université d’Antananarivo que se trouvent les racines même de la troupe Solika. Ce n’est cependant qu’à partir de 1989 qu’elle finit par prendre littéralement son envol. N’ayant pas de compositions qui lui soit propre donc, mais laissant la part belle aux interprétations, Solika annonce une année faste pour les férus des « vieux chants » des Hautes terres. Outre Naka Rabemanantsoa et Justin Rajoro, de belles surprises seront aussi au répertoire, telles que des titres de Andrianaly Ratianarivo, mais aussi de Samuel Rahamefy. Laissez-vous donc subjuguer par la nostalgie de cette belle époque.