Actualités Sport

Marque – Nino Design, équipementier professionnel

À la fin du mois d’octobre, la CNaPS Sport a signé une convention avec Nino Design International. Depuis, les Caissiers sont habillés par un équipementier malgache, qui propose des maillots de match, des chasubles d’entraînement, des tee-shirts ou encore des sacs personnalisés. Et les produits de la marque sont disponibles à la boucle de la CNaPS Sport, à Ampefiloha.
On retrouve des ateliers artisanaux de confection un peu partout dans la Capitale. Mais Nino Design International se démarque comme étant le premier équipementier sportif professionnel, capable de rivaliser avec les marques étrangères. D’ailleurs, c’est à l’étranger que l’aventure a été véritablement lancée. « J’ai créé Nino Design International vers la fin de l’année 2015. On a d’abord habillé les équipes lors de la coupe des sélections provinciales en 2016. Mais on a surtout percé à La Réunion, en proposant des maillots d’entraînement pour Sainte-Marie, que les Réunionnais ont beaucoup appréciés. Vinrent ensuite Saint-Paul, Ligne Paradis, Grand Bois et Capricorne. Aujourd’hui, on collabore de très près avec Saint-Pierre, dont les joueurs portent tous des maillots Nino, des seniors jusqu’aux plus jeunes », raconte le fondateur Jocelyn Razafimamonjy. « On voulait d’abord percer à l’étranger, avant de revenir fort à Madagascar », ajoute-t-il.
Prochainement, l’équipementier malgache aura une vitrine en Afrique. Et ce, sachant que la CNaPS Sport disputera la Ligue des Champions de la CAF avec ses maillots. « Notre business plan pour 2018 se traduit par une apparition sur la scène africaine. D’un autre côté, Jet Mada sera le prochain club avec lequel nous signerons un accord », poursuit Jocelyn Razafimamonjy, un exemple de success story à la malgache. Sa marque étant la preuve irréfutable qu’avec du sérieux et de l’abnégation, la Grande île est capable de produire de la bonne qualité et à
grande échelle. « Ma mère travaillait dans le domaine de la couture. Pour ma part, je me suis plus penché dans le secteur du design. Au départ, j’ai suivi une formation auprès d’une zone franche à Maurice. Dernièrement, j’ai suivi une formation d’intendant en France, à Sochaux et au Paris FC, afin de mieux comprendre les besoins en équipement des footballeurs. A l’heure actuelle, notre atelier de production à Tsimbazaza compte seize employés, tandis que l’atelier de design et de finition à Ambanidia dispose de six éléments », conclut-il. Des formations dont l’objectif est d’améliorer les produits de sa marque.

H. L. R.