A la une Politique

Députés / Gouvernement – Vers un face-à-face musclé à Tsimbazaza

Pour la première et la dernière fois de cette session ordinaire, le gouvernement fera face-à-face avec les députés, ce jour. Une rencontre qui s’annonce rude à en croire les informations.

Mouve­menté. À en croire quelques indiscrétions, certains députés attendraient de pieds fermes les membres du gouvernement qui se présenteront à l’Assemblée nationale, ce jour, pour une séance de question-réponse.
Comme le veut la Constitution, « une séance par quinzaine au moins, y compris pendant les sessions extraordinaires (…), est réservée aux questions des membres du Parlement et aux réponsse du gouvernement ». Le face-à-face d’aujourd’hui, sera cependant, le premier et le dernier de cette seconde session ordinaire, à l’Assemblée nationale. Il s’agit, par ailleurs, de la première séance de question-réponse entre l’équi­pe gouvernementale et les députés, depuis la présentation du programme de mise en œuvre du programme général de l’État (PGE), par Christian Ntsay, Premier ministre, au lendemain de la reconduction de sa team, en août.

Rapportant la teneur de la séance de lundi, sur son compte Facebook, le député Paul Bert Rahasimanana, élu dans le IVe arrondissement d’Antananarivo, a publié, « les députés commencent à hausser le ton, je ne sais pour quelle raison. Ça promet, pour la séance de question-réponse avec l’Exécutif ». Les chuchotements de couloir, à Tsimbazaza, indiquent en effet, que certains élus comptent profiter de ce face-à-face avec le gouvernement pour régler leur compte avec quelques ministres.

L’épisode où le député Naivo Raoldina, élu du Ve arrondissement d’Antana­narivo, qui avait pris à partie Hajo Andrianainarivelo, ministre de l’Aménagement du territoire, lors de la présentation du programme de mise en œuvre de la PGE, en août, avait été une des animations de la séance. Des élus compteraient réitérer la même performance, aujourd’hui. Au sein de la majorité, notamment, certains se sentiraient « frustrés », étant donné que les membres de l’Exécutif n’acquiesceraient pas à leurs desiderata.

Frustration
Le refus par les minis­tres d’accéder aux « suggestions », de nomination ou de remplacement de personne qu’ils font, déplairait à certains élus. D’autres souhaiteraient jouer seuls, le rôle principal au sein des structures locales comme les Comités locaux de développement (CLD), et gérer directement le portefeuille de ces entités. Un budget qu’ils souhaitent voir augmenter de manière conséquente. À cela s’ajouterait « la frustration », de voir certaines lubies non concrétisés par l’Exécutif.

Des indiscrétions rapportent, justement, une réunion au palais d’État de Mahazoarivo, dans la soirée de mardi, où certains élus auraient tenté de « marchander », leur appui à l’équi­pe gouvernementale. « Il n’était pas question de marchandage, mais plutôt d’échange pour voir comment les députés pouvaient soutenir la mise en œuvre du plan émergence », tempère, toutefois, une source avisée.

L’application de la résolution demandant l’arrêt des poursuites contre un député ayant écopé de cinq ans de prison et d’un autre en détention préventive sera, certainement, soulevé à la salle de séance de la Chambre basse, aujourd’hui. Comme il semble être de tradition au sein du Parlement, les députés profiteront de cette séance qui devra être retransmise en direct à la radio et télévision nationale, pour évoquer les problèmes dans leurs districts respectifs.

Tant pour le Premier ministre que pour les ministres, le face-à-face qui devrait être retransmis en direct sur les médias publics, pourrait être la dernière occasion de défendre publiquement leur bilan. Sauf changement, l’évaluation des performances gouvernementales et de chaque département ministériel, est prévue pour ce mois de janvier. Un point de situation qui déterminera l’avenir de la team Ntsay ou du moins, de quelques membres de l’effectif.