Faits divers

Projet Tana-Masoandro – Des vandales incendient de l’équipement pour un pont

En pleine nuit, des individus se sont introduits dans l’entrepôt de chantier d’une entreprise oeuvrant pour la réalisation du projet Tanà-Masoandro.

Contesta-tion sur contestation. Le projet Tanà-Masoandro se heurte à de nombreuses embûches. Bien que la poursuite des travaux d’aménagement se fige au point mort après un bras de fer entre l’État et la population expropriée, les actes de vandalisme continuent de plus belle.

Alors qu’une frêle accalmie l’a remporté sur une vive tension après qu’une foule en furie s’est déchaînée avec barbarie sur quatre gendarmes préposés à la protection du site, il y a à peine quelques semaines, un regain de tension suscite l’émoi.

Vendredi, à des heures matinales, des vandales se sont abattus sur l’entrepôt de matériel de chantier
d’une entreprise en charge d’installation logistique et d’implantation d’infrastructures.

Vers une heure du matin, des individus ont mis le feu sur les madriers entreposés, devant servir à la construction d’un pont provisoire censé traverser l’Ikopa et relier les deux rives. il aurait permis la circulation des ouvriers et facilité la circulation ainsi que le cheminement matériel.

De source auprès de la Circonscription Inter-Régionale de la Gendarmerie Nationale (CIRGN) à Antana­narivo, les vandales se sont munis d’un produit inflammable qu’ils ont aspergé les madriers pour y mettre le feu. Après avoir sévi, les malfaiteurs ont aussitôt décampé. Ils avaient déjà disparu lorsque l’alerte a été donnée.

Identification

Rapidement, les personnes présentes sur place ont éteint l’incendie criminel, limitant ainsi les dégâts.
Par ailleurs, une dizaine de madriers ont pris feu et sont quasiment calcinés à moitié. Ayant réussi à s’évanouir dans la nature en profitant de la pénombre totale, les individus qui se trouvent derrière ces actes ne sont pas encore identifiés.

Sitôt alerté, le poste avancé de la gendarmerie nationale à Ambohitri­manjaka a dépêché des éléments sur les lieux. Trois d’entre eux ont été d’emblée assignés à la surveillance du site. La compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Ambohidra­trimo a également dépêché du renfort. Un calme plat plane sur Ambohitrimanjaka après cette nuit mouvementée. La sécurité des lieux est renforcée après cette douloureuse expérience.

De son côté, la gendarmerie poursuit son investigation pour remonter de fil en aiguille jusqu’aux auteurs des actes de vandalisme perpétrés. C’est la deuxième fois que pareil acte survient sur le site prévu accueillir le projet Tanà-Masoandro. Lors de la vive tension soldée de violentes agressions contre des hommes de la gendarmerie, des individus contestataires, opposés à la tenue du projet ont balancé dans l’Ikopa du matériel prévu pour la pose de première pierre. Après un court moment d’apaisement, voilà que les hostilités reprennent.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter