Economie

Libre circulation – Des accords à ratifier pour Madagascar

Attractivité. Madagascar occupe la quatorzième place dans le classement du Rapport sur l’indice d’ouverture sur les visas 2019 de la Banque africaine du développement. Si le classement de la Grande île reste inchangé par rapport à l’édition 2018, le pays a enregistré, cette année, l’introduction de l’eVisa qui, selon le vice-président de la Banque Khaled Sherif, va renforcer la transparence et l’accessibilité. Le classement est dominé par les Seychelles et le Bénin, les seuls pays qui ne requièrent aucun visa pour les visiteurs issus des pays africains. «Nous devons permettre la libre circulation des personnes. Les investisseurs doivent pouvoir investir au-delà des frontières des pays», souligne le président de la Banque Akinwumi Adesina pour qui l’intégration régionale est cruciale au développement accéléré de l’Afrique.

Les pays les plus performants en matière d’ouverture de visa comprennent les pays considérés comme les plus attractifs en termes d’investis­sements directs à l’étranger selon la Banque. Quoi qu’il en soit, à moins d’un an du lancement de la Zone de libre-échange que Madagascar n’a pas encore ratifié, les voyageurs africains doivent obtenir un visa pour voyager dans un peu moins de la moitié du continent.