A la une Faits divers

Ambanja – Un décès au commissariat fait du bruit

Un opérateur de vanille est retrouvé mort au commissariat. La police constate un suicide, mais sa famille veut encore une enquête approfondie.

Rocambo-lesque. La mort d’un opérateur de vanille, âgé de 42 ans, dans une salle d’enquête au commissariat d’Ambanja, devient tonitruante. La police affirme, d’une part, qu’il s’est suicidé, mais d’autre part, sa femme, Harintsoa Stephan­son, une des personnes qui l’avaient accompagné, au poste lors de l’interrogatoire, est loin d’être d’accord avec cette déclaration communiquée le 6 novembre.

Le coup de théâtre est en fait parti d’une histoire de vente d’une tonne de vanille, dans le district d’Analalava où l’acheteur a berné le quadragénaire et son équipe avec un chèque sans provision. Victimes de cette grosse arnaque, ils ont porté plainte à la gendarmerie qui, au fil de l’enquête, est tombée sur un suspect dans le district d’Ambanja. Quatre kilos de cet or vert auraient été découverts chez lui. Il a pourtant nié jusqu’au bout les faits sur lesquels il est reproché. Pire encore, il aurait été surpris en train de vendre une vingtaine de kilos.

C’était là que ses marchandises devaient être triées afin de savoir quelle quantité de la vanille volée pourrait en faire partie.

Poignardé

Au terme de cette action, les déclarants ont emporté onze kilos, ce qui n’aurait pas été du goût du présumé. Après cela, il a, lui aussi, déposé une contre-plainte dont la police est désormais saisie.

Le 2 novembre, les opérateurs d’Analalava ont été présents au commissariat d’Ambanja pour être entendus tour à tour. Le quadragénaire est entré et audi- tionné. «Son enquêteur lui a fait lire son procès-verbal (PV) pendant qu’il serait allé rendre compte à son supérieur. En revenant, il l’a retrouvé mort ensanglanté et, à première vue, poignardé», d’après la police.

La victime avait été amenée à l’hôpital mais en vain. «La dépouille n’a pas été autopsiée. Son PV n’a pas non plus été signé. Pour nous, il est impossible qu’il se soit suicidé. Il était un sportif et n’avait aucun problème mental. Ce qui est triste c’est que le couteau retrouvé sur lui est confisqué», soupire Harintsoa. D’autres démarches judiciaires sont actuellement en cours pour faire, bientôt, la lumière sur cette affaire.

 

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Pour une tonne de vanille à Madagascar, il est décédé. Pour moins de 5000 euros au maximum valeur avant exportation de la vanille au bain-marie et séchée.