Accueil » A la une » Nosy Be – L’ouverture des frontières réclamée
A la une Economie

Nosy Be – L’ouverture des frontières réclamée

Les  manifestants  ont  déployé  des  banderoles.

À l’approche de la saison des bateaux de croisière , l’ouverture des frontières soulève de nombreuses questions à Nosy Be.

Certes, le président de la République malagasy Andry Rajoelina a avancé la date du mois d’octobre pour la réouverture des frontières de Madagascar aux voyageurs internationaux, mais une centaine d’individus issus de différents secteurs du tourisme de Nosy Be, sont impatients de la proclamation de date fixée par le gouvernement. En fait, ils ont tiré une sonnette d’alarme depuis vendredi en organisant un meeting au stade d’Ambodi­voanio. Ils ont brandi des banderoles et des pancartes exprimant l’agonie de Nosy Be, tout en insistant sur l’urgence et la nécessité de l’ouverture des frontières. D’autres manifestants ont aussi porté des banderoles faisant appel au président de la République de prendre des mesures adéquates dans les meilleurs délais.

Selon les explications, les manifestants ont demandé verbalement aux autorités locales de descendre dans la rue, mais ces dernières n’ont pas donné leur accord. Elles les ont orientés au stade, notamment quadrillé par quelques éléments de la gendarmerie et de la police, là où Jao Christophe, leur porte parole était le seul intervenant. Lors de son intervention, amplifiée par une simple sonorisation portable, ce dernier a tenu à expliquer l’objectif de cette manifestation.

Plages désertes

« Il ne s’agit pas d’une grève mais d’une façon d’exprimer nos doléances, nos souffrances causées par la fermeture des frontières. Tout ne marche plus et la pauvreté s’explose. Par conséquent, nous attirons l’attention des dirigeants, en particulier le Président, afin de trouver rapidement des solutions » a-t-il déclaré .

Il est bien de noter au passage qu’après la fermeture des frontières en mars 2020 et la réouverture partielle aux touristes d’octobre 2020 à mars 2021, les plages de l’île aux parfums sont restées désertes pendant des mois , voire un an. Or, le secteur du tourisme est la locomotive du developpement de la région partant du pays. Il est également un grand pourvoyeurs d’emploi. Dans le quotidien, c’est un secteur très dynamique qui permet l’employabilité rapide en approche genre , concernant les femmes, e t pour les emplois de base. Citons entre autres, les activités des femmes brodeuses et les masseuses qui font vivre beaucoup de foyers à Nosy Be.

« Pour que le secteur hôtellerie et restauration puisse faire des revenus ,il faut que les frontières ouvrent, il nous faut des liaisons aériennes , des bateaux de croisières et il nous faut des clients pour les hôtels , les restaurants , les guides touristiques et toute chaine de valeur » a indiqué un opérateur hôtelier qui a participé à ce rassemblement , mais qui veut rester dans l’anonymat.

Malheureusement, a déclaré la députée élue à Nosy Be Marie Fidy Christine Razafindravony alias Tatie Chris, certains politiciens ont tenté de s’immiscer dans le mouvement pour autres choses que les intérêts de Nosy Be. La présence de la fameuse reine du salegy et d’autres politiciens HVM dans le rang des manifestants a créé un désaccord.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter